Descente d’organes : diffusion sécurisée de l’innovation

L'incontinence et la descente d'organes mobilisent davantage la communauté scientifique que les médias. En août dernier 3 500 urologues, gynécologues, médecins rééducateurs, neurologues sont venus confronter leur expérience et évaluer les toutes dernières techniques réparatrices : les plus innovantes, les plus sûres, les moins traumatisantes, celles qui amélioreront durablement la vie de millions de femmes. Succès dont les journalistes se font désormais l'écho, levant ainsi le voile sur ces maladies taboues.

L’incontinence et la descente d’organes mobilisent davantage la communauté scientifique que les médias. En août dernier 3 500 urologues, gynécologues, médecins rééducateurs, neurologues sont venus confronter leur expérience et évaluer les toutes dernières techniques réparatrices : les plus innovantes, les plus sûres, les moins traumatisantes, celles qui amélioreront durablement la vie de millions de femmes. Succès dont les journalistes se font désormais l’écho, levant ainsi le voile sur ces maladies taboues.

Le congrès qui regroupait deux sociétés internationales focalisées sur l’urogynécologie s’est déroulé sous la présidence du Pr Bernard JACQUETIN, chef du service gynécologie-obstétrique, Hôtel-Dieu*. L’approche médicale, palliative, rééducative et chirurgicale de ces troubles si fréquents de la sphère urinaire, de l’appareil génital féminin et du système digestif terminal a été discutée durant près d’une semaine par des spécialistes du monde entier.

Connaître une innovation n’est pas l’adopter. Pour passer de l’un à l’autre il faut suivre un apprentissage, véritable compagnonnage : « A l’instar de la chirurgie plastique et esthétique, la chirurgie réparatrice des troubles de la statique pelvienne est un artisanat : elle nécessite une pratique assidue, et une confrontation régulière avec d’autres opérateurs expérimentés.» précise le Pr Jacquetin dont le service a lancé en France une technique simplifiée de cure d’incontinence urinaire d’effort, la fameuse bandelette TVT. Toujours à l’avant-garde il enseigne maintenant la pose des prothèses synthétiques de renforcement tissulaire.

Formation continue de la statique pelvienne à la maternité de l’hôtel Dieu
L’innovation ne vaut que si elle est diffusée dans le respect des bonnes pratiques. Un enseignement sécurisé est assuré par la Maternité de l’Hôtel-Dieu qui reçoit chaque année une centaine de chirurgiens, jeunes pour la plupart, mais parfois confirmés, venant des 4 coins de la France. Ils suivent en direct les interventions, apprennent les gestes aux côtés des praticiens chevronnés… et surtout ils étudient comment perfectionner leurs modes opératoires dans l’intérêt de leurs patientes. Les sessions ont lieu plusieurs fois par an et s’étalent sur 3 journées. Formations pratiques alternent avec les cours théoriques. A la Maternité de l’Hôtel-Dieu, les praticiens privilégient dans 90 % des cas les interventions réalisées par la voie vaginale, abord « naturel ».

*Il existe un autre service de gynéco-obstétrique à l’Hôtel-Dieu

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.