Désert médical : la stratégie gagnante du CHU Dijon Bourgogne avec les futurs chirurgiens-dentistes

Pour attirer les jeunes chirurgiens-dentistes en Bourgogne, le CHU a créé un 3ème cycle hospitalo-universitaire au sein de son service d’odontologie, en septembre 2007. 10 ans plus tard, l’établissement dresse un bilan positif de cette initiative puisque la moitié des étudiants du cursus s’installe dans la région. Retour sur une stratégie gagnante qui fait désormais école…

Pour attirer les jeunes chirurgiens-dentistes en Bourgogne, le CHU a créé un 3ème cycle hospitalo-universitaire au sein de son service d’odontologie, en septembre 2007. 10 ans plus tard, l’établissement dresse un bilan positif de cette initiative puisque la moitié des étudiants du cursus s’installe dans la région. Retour sur une stratégie gagnante qui fait désormais école… 

En 2005, le CHU constatait que les 22 étudiants de 1ère année avaient quitté Dijon pour poursuivre leurs études d’odontologie dans les UFR des régions voisines sans envisager de revenir exercer en Bourgogne. Pour contrer cette fuite, un projet d’accueil et de formation des étudiants de 6ème année au sein du CHU a été élaboré. A l’époque cette démarche originale portée conjointement par le CHU avec l’Université de Bourgogne, la Faculté d’Odontologie de Lyon a retenu l’attention des ministères de la Santé et de l’Education Nationale, ainsi que des partenaires locaux et régionaux qui décident de s’impliquer et de financer le projet. Dix ans après le lancement de cette formation, les étudiants sont de plus en plus nombreux à choisir d’effectuer leur stage dans le service d’odontologie du CHU Dijon Bourgogne. 

Recrutement d’étudiants : une réussite !

Passé de 2 à 16 étudiants par semestre pour le 3ème cycle hospitalo-universitaire a parfaitement rempli sa mission de recruteur avec l’installation de la moitié d’entre eux sur la région. Le CHU Dijon Bourgogne ancre les étudiants dans une région qui a besoin de leurs compétences en les liant au territoire et aux praticiens qui y sont installés. Le 3ème cycle dure 6 mois et offre aux étudiants la possibilité de participer à la vie du service (permanences de soin, astreintes, urgences…) tout en bénéficiant de cours et de conférences cliniques.
Ces formations améliorent l’accès aux soins bucco-dentaires en proposant un service de proximité à la population de l’agglomération dijonnaise et de la région. Ce cursus présente aussi un double avantage pour les étudiants qui sont formés efficacement et préparés à leur vie professionnelle par une transition progressive qui débute dès la faculté.
Depuis 2008, l’institution ordinale a soutenu la création de huit antennes d’odontologie de ce type au niveau national. Ces initiatives profitent aux régions, aux étudiants, aux professionnels de santé ainsi qu’aux patients. Aujourd’hui, la Faculté d’Odontologie de Reims vient de s’associer à rejoint le groupe des fondateurs.
Témoignage de Coralie Dutat (25 ans) En stage de 3ème cycle au CHU Dijon Bourgogne « Lors de mes études de chirurgie dentaire en odontologie à l’Université de Reims, j’ai eu l’occasion de réaliser mon stage hospitalier à Dijon. J’ai tout de suite saisi cette occasion, d’autant que je trouvais la ville attrayante et qu’on m’avait vanté les mérites de ce service. Arrivée fin août 2016, j’ai déjà beaucoup appris. Ce qui me plait dans cette formation c’est qu’elle nous permet de faire de la pratique ! On a nos patients, on est très indépendants et l’équipe d’encadrants nous laisse travailler en toute autonomie tout en restant à nos côtés. Que ce soit en chirurgie ou en implantologie, on a la possibilité de développer notre savoir-faire grâce à des cas concrets tout en nouant des liens avec les praticiens. Depuis que je suis à Dijon, j’ai déjà remplacé un certain nombre de dentistes pendants mes congés. Le partenariat entre le CHU Dijon Bourgogne et l’Université de Reims nous permet de découvrir une ville que nous ne connaissons pas et peut-être de choisir de s’y installer. C’est le choix que je fais aujourd’hui car la ville de Reims bénéficie déjà de nombreux praticiens. J’y retourne d’ailleurs pour faire la promotion de ce stage de 3ème cycle d’Odontologie en espérant que d’autres décident comme moi de s’installer définitivement dans la région. »
Focus sur le service d’Odontologie Le service d’odontologie propose des soins en odontologie, médecine bucco-dentaire, chirurgie orale et implantologie. Il dispose également d’un service d’urgences assuré 24h/24 tout au long de l’année. Le service compte 17 professionnels médicaux ainsi que d’une équipe paramédicale. Disposant de places en consultation et en hospitalisation, il dispense des soins principalement en ambulatoire (98%). Ces hospitalisations sur la journée réduisent les risques d’infections et améliorent le parcours du patient.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.