« Design carton » : le show room pour de rire

Imaginez un atelier où soignants, soignés, familles et visiteurs du Pôle de Psychiatrie du CHU de Saint-Etienne se retrouvent armés de ciseaux, de colle et de scotch pour fabriquer ensemble une oeuvre collective. Et quelle oeuvre monumentale ! Un intérieur revisité avec l'impertinence de la création qui détourne les architectures intérieures mises en scène dans un célèbre catalogue. Avec au passage un clin d'oeil aux déménageurs car c'est en carton que seront réalisés les meubles, le contenant devenant contenu, l'emballage, l'emballé... Et c'est parti pour un recyclage à la Benedetto Bufalino !

Imaginez un atelier où soignants, soignés, familles et visiteurs du Pôle de Psychiatrie du CHU de Saint-Etienne se retrouvent armés de ciseaux, de colle et de scotch pour fabriquer ensemble une oeuvre collective. Et quelle oeuvre monumentale ! Un intérieur revisité avec l’impertinence de la création qui détourne les architectures intérieures mises en scène dans un célèbre catalogue. Avec au passage un clin d’oeil aux déménageurs car c’est en carton que seront réalisés les meubles, le contenant devenant contenu, l’emballage, l’emballé… Et c’est parti  pour un recyclage à la Benedetto Bufalino !
Partant toujours du réel, ce plasticien s’en amuse, le tord pour en dégager de nouveaux points de vue. Il aime jouer avec le quotidien, et avec les grandes icônes qui composent notre société. Pour ce projet, l’idée générale était de parodier en reconstituant à échelle 1 les décors du catalogue de manière «bricolée». Plus on est plus on s’amuse. Benedetto a invité les personnels, les patients et les visiteurs à prendre part à cette grande diversion en fonction de leurs compétences. Du livre en carton pour les moins agiles de leurs mains au canapé pour les plus courageux – tous se sont retrouvés autour du projet et ont éprouvé la même joie de mettre enfin entre parenthèses les problèmes de santé.  
Résultat : une maison témoin en 3D en carton de 4 pièces cuisine, chambre, salon, salle-de-bain, où trônent canapés, lit, table basse, lampe, cafetière, échelle, plan de travail dans la cuisine, évier… La visite se tenait dans le hall du CHU en juin 2013.
Et un film disponible sous youtube qu’on prend plaisir à se repasser, à l’issue d’une résidence d’une semaine au Mixeur – Cité du Design https://www.youtube.com/watch?v=OugqZi8kVRA
Porteur de ce projet, le CHU de Saint-Etienne a pu répondre positivement à la question "Y-a-t-il une place pour l’utopie en psychiatrie aujourd’hui ? " Oui définitivement, pour peu qu’on ouvre grand la fenêtre sur la création et qu’on fasse appel à tous les talents. Ceux du Mixeur notamment, le tiers lieu stéphanois qui puise son imaginaire dans les racines du design, savoir-faire local, et auquel il mêle les arts et les sciences. A cette compétence se sont ajoutés les soutiens de la Ville de Saint-Etienne et de l’Agence Régionale de Santé via l’opération «Culture et Santé» et  de la Direction Régionale des Affaires Culturelles et la Région Rhone-Alpes.
Cette opération s’inscrit dans la proposition "Lieux communs", un  temps collectif d’échanges et de réflexions sur les espaces communs du Pôle de Psychiatrie, sorte de cahier des charges des problèmes ou questions posés par cette organisation et son usage.
Coordination du projet : Mourad Haraigue – Chargé des projets Culture et Santé au Pôle de Psychiatrie, Isabelle Zedda – Chargée de communication et culture au CHU de Saint-Etienne.

Cette intervention artistique a été sélectionnée dans le cadre de l’opération Fenêtre sur l’art

Une fois par mois, RESEAU CHU ouvre une fenêtre sur une initiative artistique en territoire de santé. Chacune témoigne de l’impact positif des projets culturels dans les soins apportés aux personnes en souffrance/usagers/patients. Ces fenêtres éclairent la notion partagée et citoyenne du "prendre soin" menée par les établissements de santé. 
Fenêtre sur l’Art est le fruit d’un partenariat culturel 2015-2016 conclu entre Réseau CHU et la Commission culture des CHU et CHS présidée par Yann Bubien, directeur général du CHU d’Angers.
Pour retenir 12 projets parmi les 37 reçus de 21 établissements en réponse à l’appel à candidatures envoyé le 10 octobre 2014, un jury s’est réuni le 10 janvier 2015 et a établi une sélection rigoureuse en fonction des critères suivants :
 
– Le professionnalisme des intervenants artistiques et culturels
– la notion partenariale des projets
– la contextualisation des actions culturelles
– la dimension innovante des projets
 
Le jury présidé par Yann Bubien était composé de 
– Marie-Georges Fayn, éditrice de Réseau CHU
– Xavier Collal, chargé de mission du programme culture-santé, ministère de la santé et des affaires sociales
– Gilbert Labelle, chargé de mission culture-santé, ministère de la culture et de la communication
 
et du groupe Communication de la Commission Culture
– Sophie Bellon-Christofol, attachée culturelle de l’APHM.
– Karine Fraysse, déléguée aux affaires culturelles du CHRU de Lille;
– Maud Piontek, responsable de la culture et de la communication à l’EPSM de l’agglomération lilloise
– Céline Le Nay, directrice déléguée aux affaires générales du CHU d’Angers
– Delphine Belet, attachée culturelle du CHU d’Angers
– Denis Lucas, attaché culturel du CHU-Hôpitaux de Rouen

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.