Dessine-moi l’Hôtel-Dieu du 3ème millénaire

L’Hôtel-Dieu, établissement emblématique de l’AP-HP, fondé en 651 sur le parvis de Notre-Dame, au cœur de la capitale était devenu inadapté à la prise en charge lourde de patients. En effet, les bâtiments qu’il occupe actuellement, sur la rive nord de l’île de la Cité, construits à partir de 1866, à l’initiative du baron Haussmann ne satisfont plus aux exigences de la médecine moderne et leur mise aux normes serait extrêmement coûteuse. Pour que le plus ancien établissement hospitalier de la capitale demeure le lieu de santé de référence des 2,5 millions de parisiens et des 11,7 millions de franciliens il fallait repenser sa vocation.

L’Hôtel-Dieu, établissement emblématique de l’AP-HP, fondé en 651 sur le parvis de Notre-Dame, au cœur de la capitale était devenu inadapté à la prise en charge lourde de patients. En effet, les bâtiments qu’il occupe actuellement sur la rive nord de l’île de la Cité, construits à partir de 1866 à l’initiative du baron Haussmann ne satisfont plus aux exigences de la médecine moderne et leur mise aux normes serait extrêmement coûteuse. Pour que le plus ancien établissement hospitalier de la capitale demeure le lieu de santé de référence des 2,5 millions de parisiens et des 11,7 millions de  franciliens il fallait repenser sa  vocation. Tel est le défi lancé par Mireille Faugère, Directrice générale de l’AP-HP qui a chargé des experts d’étudier les contours d’un ambitieux projet de transformation. Yannick Moreau, présidente de section au Conseil d’Etat, a été chargée de l’animation d’un groupe de travail « hôpital universitaire de santé publique ».

Sa contribution a été remise le 4 juillet 2012 à Mireille Faugère. Après une analyse de l’environnement dans lequel s’inscrit ce projet, le groupe de travail propose un axe stratégique liant les activités ambulatoires de soins, de prévention et d’éducation thérapeutique aux travaux universitaires de recherche et d’enseignement en santé publique. Il expose différentes hypothèses de configuration des activités et envisage la création d’un espace d’information pour les usagers à considérer comme une vitrine régionale, nationale voire internationale de l’excellence des hôpitaux franciliens. Cet espace pourrait être conçu en articulation avec le musée de l’AP-HP.
Qu’est-ce au juste qu’un hôpital universitaire de santé publique ?
C’est un établissement qui place la santé publique au cœur de ses différentes activités de soins et de ses missions hospitalo universitaires. Il participe à l’animation de la promotion de la santé dans la ville et la région. Il est ouvert aux « non-malades ».
L’hôpital universitaire de santé publique joue un rôle moteur dans la diffusion de la culture de la prévention auprès des professionnels du site et des partenaires avec lesquels il coopère en tant qu’hôpital de recours. Il introduit les sciences humaines et sociales au plus près des cliniciens. Il se définit aussi comme un lieu de transfert entre les travaux de recherche et d’expertise en santé publique et la décision et l’action à différents niveaux.
L’hôpital universitaire de santé publique partage avec d’autres opérateurs, grâce au regroupement de compétences sur le site, un certain nombre missions régionales : missions d’information en santé, d’approches populationnelles, de mise en œuvre de politiques de sécurité sanitaire*.
Ce projet va au-delà d’un simple objectif local de reconversion, il dessine des perspectives  tant pour l’Institution que pour ses partenaires.
 
Les 5 rapports remis à ce jour enrichissent la réflexion sur l’avenir de l’Hôtel-Dieu. Un dernier rapport  du groupe de travail « imagerie et plateaux techniques » est attendu dans le courant de l’été. Une note d’orientation du projet de transformation de l’Hôtel-Dieu, sera proposée à partir de l’ensemble des travaux de réflexion et de concertation menés. Elle fera l’objet d’une présentation devant les instances de l’AP-HP à la rentrée.
 
* Définition extraite du rapport du groupe de travail réflexion prospective présidé par Madame Yannick Moreau “Création d’un hôpital universitaire de santé publique à l’Hôtel-Dieu” page 47, juillet 2012
Consulter le Rapport

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.