Détournements artistiques pour patients esthètes

Comme la signature d'une auteur vient parachever son œuvre, le vernissage de l'exposition du plasticien Evor vient conclure 6 mois de résidence au sein du département de soins de suite et soins de longue durée du CHU d'Angers. Au fil du temps son atelier est devenu un cabinet de curiosités pour les patients, visiteurs et hospitaliers impressionnés par les audacieux détournements d'objets du quotidien.

Comme la signature d’une auteur vient parachever son œuvre, le vernissage de l’exposition du plasticien Evor vient conclure 6 mois de résidence au sein du département de soins de suite et soins de longue durée du CHU d’Angers. Au fil du temps son atelier est devenu un cabinet de curiosités pour les patients, visiteurs et hospitaliers impressionnés par les audacieux détournements d’objets  du quotidien. Ainsi les barquettes repas ont donné lieu aux Nourritures célestes. A côté de ces  appropriations hospitalières, l’artiste dévoile les masques, sculptures et peintures inspirés par son long séjour à Saint-Barthélémy-d’Anjou . 
Depuis  juin 2013, Evor a ouvert grande la porte de son atelier. Sa présence et ses interventions artistiques ont attiré les amateurs d’émotion esthétique et d’échanges avec un personnage bien éloigné de l’univers médical. Evor est le sixième artiste à résider dans ce service hospitalier, faisant suite à François Marcadon, Farida Le Suavé, Michel Gerson, Chimène Denneulin et Cécile Benoiton. A chaque résidence, les oeuvres en cours de création auront été un lien fort entre l’artiste, les patients et l’équipe hospitalière, un sujet qui a permis d’initier les échanges.
Cette résidence d’artiste s’inscrit dans le programme "Culture et Santé" soutenu par la Direction régionale des affaires culturelles des Pays et de la Loire et l’Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire. Cette sixième édition inaugure un partenariat entre le CHU et l’Université d’Angers.
Au terme de la résidence, les œuvres d’Evor seront accueillies à la Galerie 5 (Université d’Angers) dans le cadre de l’occasion de l’exposition Caprices du 27 mars au 20 juin 2014.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.