Deux départements hospitalo-universitaires (DHU) labellisés à Nantes

«Onco-greffe» coordonné par le professeur Philippe Moreau et « DHU 2020» dédié à la médecine personnalisée dans les maladies chroniques, coordonné par le professeur Antoine Magnan ont décroché le label départements hospitalo-universitaires (DHU). Une décision prise par un jury international suite à l’appel à projets conjoint lancé en juin 2012 par le CHU et l'université de Nantes en partenariat avec Aviesan (alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé).

«Onco-greffe»  coordonné par le professeur Philippe Moreau et « DHU 2020» dédié à la médecine personnalisée dans les maladies chroniques, coordonné par le professeur Antoine Magnan ont décroché le label départements hospitalo-universitaires (DHU). Une décision prise par un jury international suite à l’appel à projets conjoint  lancé en juin 2012 par le CHU et l’université de Nantes  en partenariat avec  Aviesan (alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé).
Trois projets en lice
Après un travail de structuration en amont au sein des institutions partenaires, trois projets ont été déposés le 26 octobre 2012. Ces trois dossiers ont été remis aux membres du jury pour expertise et évaluation.
Le 12 décembre 2012, le jury international s’est réuni à Nantes pour auditionner chaque porteur de projet. A l’issue de cette journée d’audition, le jury a considéré que deux projets étaient éligibles au label de département hospitalo-universitaire.
Le premier projet sélectionné « Onco-greffe », coordonné par le professeur Philippe Moreau, fédère l’hémato-cancérologie, l’onco-dermatologie, l’immunologie (Labex Igo), la médecine nucléaire (Labex Iron) et l’institut de transplantation – urologie – néphrologie (IHU « prometteur » Cesti).
Le second projet sélectionné « DHU 2020 » est coordonné par le professeur Antoine Magnan. Il rassemble l’institut du thorax et l’institut des maladies de l’appareil digestif autour de la promotion de la médecine personnalisée dans les maladies chroniques.
Le troisième, (Artemis) présenté et non sélectionné, construit autour de la thématique infectieuse, témoigne d’un effort de structuration important mais récent.

Modalités de l’appel à projets
L’appel à projets a été conduit sur la base d’un cahier des charges qui a suivi les préconisations du Comité National de Coordination de la Recherche des CHU (CNCR) relatives aux DHU et promulguées en septembre 2012. Il a été ouvert auprès de l’ensemble « santé » du site hospitalo-universitaire de Nantes, ensemble comprenant onze pôles hospitalo-universitaires (PHU) et  neuf unités mixtes de recherche (UMR).
Le jury international présidé par le professeur Denis Roy, directeur général de l’institut de cardiologie de Montréal comptait neuf membres.
Le CHU de Nantes et l’université s’engagent localement à accompagner et à soutenir les deux DHU labellisés dans le droit fil des efforts déjà entrepris sur le site autour des instituts.  Ils s’attacheront à ce que les deux DHU retenus aient un caractère innovant et transformant en proposant de véritables projets intégrés de soins, d’enseignement et de recherche, et en favorisant l’interface « cliniciens-chercheurs », la recherche de transfert ainsi que l’innovation diagnostique et thérapeutique. La labellisation DHU est accordée pour une durée de quatre ans. A l’issue de cette période un bilan sera fait prenant en compte les résultats et l’évolution des projets. L’opportunité de renouveler l’appel à projets sera alors étudiée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.