Deux médecins de Lille et Rouen décrochent une bourse « Mobilité internationale » de 30 000 euros

Favoriser la mobilité internationale des jeunes hospitalo-universitaires de l’inter région Nord-Ouest, tel est l'enjeu du soutien financier accordé par le groupement de coopération sanitaire G4 qui réunit les CHU d'Amiens, Caen, Lille et Rouen. 8 demandes de bourse ont été soumises au G4, les 2 candidatures retenues cette année sont celles du Dr Viviane Gnemmi du CHU de Lille et du Dr Paul Michelin du CHU de Rouen.
Favoriser la mobilité internationale des jeunes hospitalo-universitaires de l’inter région Nord-Ouest, tel est l’enjeu du soutien financier accordé par le groupement de coopération sanitaire G4 qui réunit les CHU d’Amiens, Caen, Lille et Rouen. 8 demandes de bourse ont été soumises au G4, les 2 candidatures retenues cette année sont celles du Dr Viviane Gnemmi du CHU de Lille et du Dr Paul Michelin du CHU de Rouen.
Direction Munich pour le Dr Gnemmi
«Mes activités de soin sont centrées sur le diagnostic histopathologique des pathologies néphrologiques, hépato-biliaires et de transplantation (rein et foie)», explique le Dr Viviane Gnemmi, médecin en anatomie et cytologie pathologiques à l’Institut de Pathologie du Centre de biologie pathologie du CHU de Lille. Dans ce contexte, elle développe des travaux de recherche sur la compréhension des mécanismes impliqués dans la transition de l’insuffisance rénale aiguë vers l’insuffisance rénale chronique, au sein de l’équipe «Mucines, différenciation et carcinogenèse épithéliales», de l’unité Inserm UMS-1172.
«Grâce à la bourse mobilité internationale du G4, j’ai la possibilité de partir dans un centre de recherche de renommée internationale en maladies rénales à Munich en Allemagne, afin de réaliser un projet de recherche fondamentale sur la néphropathie chronique diabétique, se réjouit-elle. Ce projet me permettra d’acquérir de nouvelles compétences dans la modélisation animale de la pathologie humaine et de nouvelles connaissances dans les traitements pour réduire voire inverser la progression de la maladie rénale chronique, qui me seront utiles pour la poursuite de mes travaux de recherche à mon retour à Lille.»
Le Dr Michelin, en route pour l’Université de Madison
Le Dr Paul Michelin, responsable de l’unité d’imagerie de l’appareil locomoteur au sein service d’imagerie médicale du CHU de Rouen fera quant à lui un séjour à l’Université de Madison (Wisconsin, USA) sur une thématique de recherche relative à l’imagerie par résonnance magnétique de l’épaule. Ce qui s’inscrit dans la continuité de ses travaux actuels au sein du laboratoire d’Anatomie de la faculté de Médecine et du laboratoire CETAPS EA3832 de la faculté des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) de l’université de Rouen. Avec la bourse du G4, il apprécie l’opportunité qui lui est offerte de travailler «au sein d’une unité d’imagerie de l’appareil locomoteur connue pour le dynamisme de son activité de recherche et de publication».
«Mon travail concernera la compréhension anatomique de l’histoire naturelle de la rupture des tendons de la partie supérieure de la coiffe des rotateurs de l’épaule, précise-t-il. Dans un second temps, le but sera de développer à partir de ces données  de nouvelles modalités d’exploration radiologique.»
En savoir plus sur le G4
Créé en 2001, le groupement de coopération sanitaire G4 est composé des CHU de Lille, Amiens, Caen et Rouen. Ses missions portent sur la qualité et l’organisation des soins, l’enseignement, l’innovation et la recherche. Depuis sa création, le G4 a eu un important effet levier à la fois en termes d’organisation de l’offre de soins à l’échelle interrégionale et de soutien à la recherche.
G4 : La coopération inter-CHU puissance 4

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.