Deux Victoires de la Médecine pour le CHRU de Lille

Cette année encore, des équipes du CHRU de Lille ont été récompensées par leurs pairs pour leur innovation, lors des Victoires de la Médecine organisées le jeudi 24 novembre dernier au Théâtre des Folies Bergère à Paris. Temps fort pour la médecine hospitalo-universitaire, les Victoires de la Médecine ont réuni 800 praticiens. Leur mission : choisir parmi 26 nominés, les lauréats dans sept spécialités. Les suffrages désignèrent deux équipes lilloises !

Cette année encore, des équipes du CHRU de Lille ont été récompensées par leurs pairs pour leur innovation, lors des Victoires de la Médecine organisées le jeudi 24 novembre dernier au Théâtre des Folies Bergère à Paris. Temps fort pour la médecine hospitalo-universitaire, les Victoires de la Médecine ont réuni 800 praticiens. Leur mission : choisir parmi 26 nominés, les lauréats dans sept spécialités. Les suffrages désignèrent deux équipes lilloises !

En Pneumologie le Professeur Charles-Hugo Marquette du Service de Pneumologie – Hôpital A. Calmette, pour le traitement endoscopique de l’emphysème pulmonaire

En Diabéto-lipido-nutrition l’équipe des Drs Marie-Christine Vantyghem, J. Kerr-conte, et François Pattou du service d’Endocrinologie et Métabolisme, pour la thérapie cellulaire du diabète de type 1 par transplantation d’îlots pancréatiques.

Le traitement endoscopique de l’emphysème pulmonaire (TEEP)

L’emphysème pulmonaire, conséquence irréversible de l’exposition aux polluants (fumée de cigarette essentiellement) touche de nombreuses personnes à travers le monde. L’essoufflement inexorable des personnes souffrant d’emphysème est lié à un trouble de la mécanique ventilatoire combiné à la diminution de la surface des échanges gazeux. Les tissus pulmonaires atteints, distendus, vont emplir graduellement la cavité thoracique, laissant de moins en moins de volume disponible au poumon pour respirer.
La chirurgie de réduction du volume pulmonaire, éliminant les zones pulmonaires malades, s’est montrée efficace chez certaines catégories de patients emphysémateux, mais il s’agit d’une chirurgie lourde non dénuée de risques. Le TEEP vise à obtenir une réduction du volume pulmonaire par l’intermédiaire de microvalves placées dans les bronches drainant les territoires malades au moyen d’un bronchoscope souple simplement descendu dans les voies aériennes par la bouche.
Le patient est traité en ambulatoire et le traitement est réversible (valves endobronchiques amovibles). Cette véritable innovation thérapeutique a fait l’objet d’études expérimentales et d’études pilotes de faisabilité et de sécurité. La première étude clinique visant à évaluer l’efficacité de cette technique est en cours en Europe et aux Etats-Unis.

La thérapie cellulaire du diabète de type 1 par transplantation d’îlots pancréatiques

Le diabète de type 1 est lié à la destruction des cellules insulino-sécrétrices regroupées en îlots au sein du pancréas. Le traitement classique repose sur l’injection pluriquotidienne d’insuline dont la dose est adaptée en fonction de contrôles glycémiques.
L’innovation thérapeutique est fondée sur la greffe de cellules insulino-sécrétrices dans le foie, sous immunosuppression, en deux à trois fois, ce qui va permettre le rétablissement d’une régulation de la glycémie par les cellules greffées.
Cette greffe des cellules insulino-sécrétrices permet pour le patient :
– une normalisation de l’équilibre glycémique
– une quasi disparition des hypoglycémies
– un arrêt de l’insuline dans 80% des cas pendant au moins un an
– une nette amélioration de la stabilité glycémique et de la qualité de vie particulièrement sensible dans les formes de diabète de type 1 très instables ou compliquées d’hypoglycémies non ressenties.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.