Développement durable : le personnel réinvestit l’atrium et le transforme en promenade intérieure

A l’origine, un concours interne du CHU sur le thème du Développement Durable et des lauréates : les équipes du Plateau Technique de Biologie (PTB) retenues pour leur un projet d’embellissement de l’atrium et des patios. Deux ans plus tard, la transformation est achevée. L’atrium est devenu une promenade intérieure rythmée par des arbustes en pot et des espaces de convivialité et les patios ont été embellis d’une décoration végétale. Une ambiance zen et reposante qui améliore le quotidien de tous les usagers.

A l’origine, un concours interne du CHU sur le thème du Développement Durable et des lauréates : les équipes du Plateau Technique de Biologie (PTB) retenues pour leur un projet d’embellissement de l’atrium et des patios. Deux ans plus tard, la transformation est achevée. L’atrium est devenu une promenade intérieure rythmée par des arbustes en pot et des espaces de convivialité et les patios ont été embellis d’une décoration végétale. Une ambiance zen et reposante qui améliore le quotidien de tous les usagers.
Le projet “Pousse-pousse PTB Durable” avait pour ambition de répondre à deux des trois piliers du développement durable : l’approche écologique et la dimension sociale. Dans ce cadre, les patios des bâtiments ont tout d’abord été défrichés. Puis, au cours de l’année 2014, certains d’entre eux ont été fleuris de jardinières de géraniums et agrémentés de plantations nouvelles. Parallèlement, l’atrium lui-même était réaménagé : fauteuils, tabourets, tables et arbustes en pot ont permis à ce lieu de trouver une vocation nouvelle.
Le grand hall de passage anonyme s’est mué en un espace de rencontre où professionnels et usagers viennent se détendre, se changer les idées, le temps d’une pause.
Ce nouvel aménagement a pu voir le jour grâce au soutien de la Fondation du Crédit Social des Fonctionnaires qui a été séduit par le caractère innovant de ce projet et son volet participatif, puisque les professionnels du PTB ont tous été invités à participer activement à l’embellissement des patios.
La fréquentation croissante de l’atrium devenu un lieu convivial et un lieu de rencontres, témoigne de la réussite du projet et chacun apprécie au quotidien cet environnement renouvelé
Le nouvel aménagement vient ainsi enrichir le Plateau Technique de Biologie, équipement technique de pointe opérationnel sur le site du Bocage depuis 2008.
En savoir plus sur le Plateau Technique de Biologie
Le PTB regroupe l’ensemble des laboratoires* ainsi que l’Etablissement Français du Sang. Assurant une mission de Pôle régional, le PTB concentre des unités spécialisées dont certaines sont uniques en Bourgogne comme la périnatalité, du cancer ou la microbiologie. Il réalise plus de 2.800.000 actes par an. Ses laboratoires fournissent des prestations de haut niveau, également destinées à l’externe (Etablissements d’hospitalisation publics ou privés, laboratoires de recherche, expertises particulières pour le Ministère de la Justice, partenariat avec le CHU de Besançon, etc.).
*hors Centre de Prélèvements et laboratoire de Biologie de la Reproduction

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.