Développement durable : Toulouse, un CHU « sociétalement » responsable

Engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique lié à l’activité humaine, le CHU de Toulouse présente la palette d'actions qu'il déploie en faveur de la protection de l'environnement. Retour sur 12 ans d'initiatives éco responsables autour d'un plan d'action ambitieux déployé sur tous les fronts : les déplacements, la consommation d'énergie, d'eau, la gestion des déchets, les espaces verts, les achats, la restauration et la sensibilisation de ses 14 000 collaborateurs aux enjeux du développement durable.

Engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique lié à l’activité humaine, le CHU de Toulouse présente la palette d’actions qu’il déploie en faveur de la protection de l’environnement. Retour sur 12 ans d’initiatives éco responsables autour d’un plan d’action ambitieux déployé sur tous les fronts : les déplacements, la consommation d’énergie, d’eau, la gestion des déchets, les espaces verts, les achats, la restauration et la sensibilisation de ses 14 000 collaborateurs aux enjeux du développement durable.
Le plan de déplacement hospitalier pour réduire les émissions de gaz à effets de serre des professionnels du CHU domiciliés sur toute l’aire urbaine toulousaine et au-delà. A cette échelle, la réduction de leur empreinte carbone passe par
– l’accompagnement et l’anticipation des évolutions sociétales en matière de modes de vie et de déplacements (la géolocalisation des agents pour une superposition des cartographies des transports en commun et des habitats, et l’amélioration du maillage transport en commun / divers sites, promotion du télétravail). 
– la promotion des déplacements domicile-travail en modes doux / propres / partagés (campagne d’information sur la prise en charge partielle par le CHU des frais de transports, convention de covoiturage avec le syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération de Toulouse, (SMTC) Tisséo, facilitation du recours aux déplacements en vélos…),
Et entre sites
Les déplacements des agents sont optimisés par l’utilisation de navettes inter-sites, la réduction des déplacements des véhicules du CHU en mutualisant le parc automobile, les équipements visio-conférences, en formant à l’éco-conduite et en louant de véhicules hybrides à la place des véhicules thermiques).
Ces efforts ont été récompensés en septembre 2016 par une médaille de bronze dans le cadre des trophées Eco-mobilités du SMTC Tisséo, qui ont pour objet de valoriser et d’encourager les plans de mobilité des acteurs économiques de l’aire métropolitaine toulousaine.
Energie : des performances optimisées 
Pour répondre à la forte augmentation des besoins en énergie liés à l’ouverture des nouveaux bâtiments sur le site de Purpan, le CHU a construit une centrale de production de chaleur à base de biomasse, c’est-à-dire à base de divers résidus de bois, a été conçue et réalisée. Son exploitation a permis d’atteindre un taux de recours aux énergies renouvelables de 13,4 % et d’obtenir une diminution annuelle de 5 300 tonnes de rejets de CO2, soit l’équivalent de 3 000 voitures en circulation. Achevée en décembre 2013, cette centrale biomasse permet, un achat d’énergie à moindre coût, une optimisation de la consommation, la garantie de la qualité et de la continuité de l’approvisionnement, ainsi que la disponibilité à tout moment du meilleur mix énergétique en termes d’efficacité économique, thermique et environnementale. 
Toulouse a également mis en oeuvre un plan d’efficacité énergétique vissant à rationnaliser la consommation d’énergie. Il s’agit de réduire la quantité d’énergie nécessaire sans que l’utilisateur ait à modifier ses pratiques par exemple en améliorant l’isolation thermique dans les bâtiments, en régulant les systèmes de chauffage…). Résultat, une économie de 7% de la consommation soit 770 000€. 
Autres domaines de vigilance, la qualité de l’eau rejetée par l’établissement qui consommait 634.000 m3 d’eau en 2016. Le CHU a adopté des solutions de prétraitement notamment pour les activités sensibles telles que la blanchisserie ou la radiothérapie. 
Le recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques pris en charge par un ou deux éco-organismes, des linges abimés, des palettes bois, des papiers, la valorisation des résidus des repas du personnel. Les recettes liées à la valorisation des déchets s’élèvent à 125 000 €, dont 80 000 € pour la seule année 2015. 
Les espaces verts ont banni les produits phytosanitairs et privilégié un entretien raisonné et respectueux de la biodiversité pour ses 40ha d’espaces verts.
Le CHU a décliné ses objectifs de développement durable dans sa stratégie achats éco et socialement responsables. Les cahiers des charges des appels d’offre comprennent désormais  des clauses environnementales et sociales. Et, depuis 2016, le CHU adhère à la charte des achats publics de Toulouse Métropole, baptisée « Small Business Act », dont l’objectif est de faciliter l’accès des TPE-PME, très petites entreprises et petites et moyennes entreprises, du territoire à la commande publique, tout en consolidant l’activité économique locale 
Le service restauration a fait sien ces préceptes et lutte contre le gaspillage alimentaire en retenant les menus les plus populaires, en permettant au patient de faire part de ses préférences, en adaptant les portions…
L’éco responsable attitude se diffuse avec l’installation de containers de récupération pour les vêtements usagés des agents du CHU, une campagne d’éducation aux éco-gestes du personnel, au cœur même des unités de soins, l’animation de stands de conseils gratuits pour l’isolation thermique et la rénovation énergétique des logements privés des agents, avec l’espace info énergie de Toulouse Métropole, et la participation d’une équipe d’hospitaliers au challenge national : « défi familles à énergie positive ».
Bien faire, le faire savoir, être reconnu et récompensé de ses efforts !

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.