DHU SUPORT : une alliance d’excellence entre les CHU de Limoges, Poitiers et Tours

Le projet de département hospitalo-universitaire de transplantation intitulé SUPORT (Survival optimization in organ transplantation), porté par le professeur Thierry Hauet, directeur de l’unité INSERM U1082 - CHU de Poitiers vient d'être crédité d'un A+. Illustration du fort potentiel issu de la coopération scientifique entre les 3 CHU de Poitiers, de Limoges et de Tours, ce programme s'appuie sur l'expertise de leurs équipes hospitalo-universitaires en matière de greffes et de conservation d'organes.

Le projet de département hospitalo-universitaire de transplantation intitulé SUPORT (Survival optimization in organ transplantation), porté par le professeur Thierry Hauet, directeur de l’unité INSERM U1082 – CHU de Poitiers vient d’être crédité d’un A+. Illustration du fort potentiel issu de la coopération scientifique entre les 3 CHU de Poitiers, de Limoges et de Tours, ce programme s’appuie sur l’expertise de leurs équipes hospitalo-universitaires en matière de greffes et de conservation d’organes.
Ce projet, qualifié d’orientation stratégique pour l’établissement poitevin, a été noté A+  par un jury international réuni à l’initiative du comité de pilotage de l’appel à projet de l’interrégion HUGO*. Un score de bon augure pour ce dossier qui doit encore recevoir l’aval de l’instance nationale AVIESAN. Jean-Pierre Dewitte, directeur général du CHU de Poitiers se félicite "des nouvelles synergies inter CHU créées entre les équipes cliniques et équipes de recherche de premier plan qui partagent le même désir d’atteindre un degré supplémentaire d’excellence" .
Le CHU de Poitiers est aussi associé à un projet de département hospitalo-universitaire sur les leucémies aigües également gratifié d’un A+ et porté par le CHU d’Angers.
Les deux autres départements hospitalo-universitaire sur les neurosciences et sur les infections aigües graves auxquels participait le CHU de Poitiers ont été notés A. ‘Un bon résultat qui doit encourager les équipes rassemblées autour de ces projets, à poursuivre leur travail de structuration inter-établissement." a souligné Jean-Pierre Dewitte.
En savoir plus sur les DHU, département hospitalo-universitaires
Figurant parmi les préconisations de la commission sur l’avenir des CHU, présidée par le professeur Jacques Marescaux,  les départements hospitalo-universitaires (DHU) se présentent comme des projets intégrés de recherche, d’enseignement et de soins développés au sein d’un périmètre hospitalo-universitaire défini et dédiés à une thématique précise.
Un DHU regroupe  un ou plusieurs pôles cliniques ou médico-techniques, ou parties de pôles d’un CHU (éventuellement de plusieurs CHU),  une ou plusieurs universités associées à ce CHU (éventuellement à ces CHU) et une ou plusieurs unités d’organismes de recherche, membres de l’Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé (AVIESAN).
Les projets de DHU peuvent être mono ou multi-sites régionaux, interrégionaux voire transrégionaux en fonction de l’intérêt médical et scientifique du projet. Un DHU ne constitue pas une entité juridique autonome ni une structure nouvelle. Il ne se substitue pas aux organisations actuelles des établissements ni aux unités mixtes de recherche. Il est fondé sur un projet innovant et structurant hospitalo-universitaire.
*composée des six CHU de l’interrégion du Grand Ouest (Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Rennes, Tours)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.