Inscrite aux 24h du Mans Vélo qui se dérouleront les 25 et 26 août 2012, l’équipe de l’association « Diabet’ Team 1 » composée de 3 coureurs diabétiques et un non-diabétique David Harel, Jean-Claude Colin, Jérôme Dupuis, Gabriel Le Guennec- relèvera un double défi : gagner et montrer qu’il est possible de pratiquer un sport de haut niveau même en étant diabétique. Aidés par deux diabétologues et une infirmière du CHU de Rennes, les coureurs apprendront à connaitre et dépasser leurs limites en toute sécurité

Inscrite aux 24h du Mans Vélo qui se dérouleront les 25 et 26 août 2012, l’équipe de l’association « Diabet’ Team 1 » composée de 3 coureurs diabétiques et un non-diabétique David Harel, Jean-Claude Colin, Jérôme Dupuis, Gabriel Le Guennec- relèvera un double défi : gagner et montrer qu’il est possible de pratiquer un sport de haut niveau même en étant diabétique. Aidés par deux diabétologues et une infirmière du CHU de Rennes, les coureurs apprendront à connaitre et dépasser leurs limites en toute sécurité. Cet événement sportif est aussi l’occasion de promouvoir la souplesse des traitements par pompe à insuline et capteurs et pour le CHU de rappeler l’incidence de cette épidémie et de mettre en lumière la qualité des soins sur mesure dispensés aux patients.
Durant la course, deux des trois sportifs diabétiques seront munis d’une pompe à insuline. L’ensemble de l’équipe portera également des capteurs. Ils pourront ainsi surveiller en temps réel leur taux de glycémie dans le sang, et s’injecter de l’insuline en cas de besoin. Démonstration  sportive à l’appui, les diabétiques pourront apprécier l’intérêt du contrôle glycémique en continu, et l’efficacité d’un traitement sur mesure. L’association Diabet’Team 1 prouvera ainsi que les coureurs diabétiques peuvent faire du sport de haut niveau, au même titre que les personnes non-diabétiques.
La technique au service de l’autonomie du patient
Gérer son diabète c’est mieux le connaître pour mieux vivre avec : au cours de son hospitalisation, le patient diabétique est initié par les spécialistes du CHU aux contraintes de son nouveau quotidien. Ils lui enseignent à adapter sa vie de famille, son  travail, ses loisirs (voyages, fête… ) et à ne pas se priver de sport ; comme l’atteste Diabet’ Team 1, la pratique d’activités sportives est possible et même recommandée.
Plus d’autonomie grâce aux techniques de soins 
Utilisées par 15% des diabétiques de type 1, les pompes délivrent de l’insuline de façon continue par un cathéter sous-cutané. Nouvelle avancée : des capteurs de glycémie, implantés en sous cutané transmettent les résultats glycémiques toutes les 5 minutes et transmettent ces information en permanence au patient. Méthode idéale très pratique, vite adoptée par les sportifs en cours de compétition : ils peuvent ainsi modifier leurs doses d’insuline, et prendre des collations si nécessaire.
A propose de Diabet’Team 1
Créée par un patient diabétique du CHU de Rennes, soucieux de montrer au grand public qu’il est possible de « vivre comme tout le monde », malgré la maladie, Diabet’Team 1 est une association rennaise, partenaire du CHU
A propose des 24h du Mans Vélo
Organisée sous l’égide de la Fédération Française de Cyclismecourse consiste à parcourir  un maximum de fois en 24h le circuit Bugatti à vélo, au sud de la ville du Mans. Ce circuit accueille les plus grandes courses d’endurance au monde, et mesure 4,185 km. L’événement a rassemblé 16 pays et 1 748 participants en 2011. Les 4 cyclistes de  Diabet’ Team 1 comptent ainsi participer à cette grande aventure humaine 
Diabète : 3 millions de personnes concernées en France
Le diabète est défini par un état d’hyperglycémie chronique, c’est-à-dire d’augmentation du sucre dans le sang. La maladie doit être prise en charge pour évite les complications, notamment cardio-vasculaires. Actuellement en France, environ 3 millions de personnes sont touchées par le diabète. 
On distingue deux types de diabète :
Le diabète de type 2 (85% des diabétiques). Il a pour cause une surcharge pondérale et une alimentation déséquilibrée. Son traitement repose sur des règles hygiénodiététiques, des comprimés puis de l’insuline.
Le diabète de type 1 (15% des diabétiques), surtout visible chez les jeunes, est causé par une destruction de la partie du pancréas, qui produit de l’insuline. Son traitement repose donc sur l’insuline qui n’est efficace que sous  forme injectable. La glycémie est mesurée par le patient à l’aide d’appareils spécifiques (lecteurs).
Le diabète au CHU de Rennes
Chaque année, 1 500 diabétiques de type sont suivis à l’hôpital Sud dans le service d’endocrinologie, diabétologie et nutrition où ils bénéficient de séjours éducatifs. 420 patients sont traités par pompe à insuline, la première ayant été posée en 1981. Quant aux capteurs de glycémie, ils sont utilisés sur une courte période chez des diabétiques dont l’équilibre est difficile. On ne peut pas les utiliser pour l’instant sur du long terme

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.