Diabète : 14 institutions de la Loire solidaires pour améliorer le diagnostic et le parcours de soins

Confronté à un taux de décès causés par le diabète et à un nombre de personnes sous traitement antidiabétique plus élevé que la moyenne nationale*, l'agglomération stéphanoise a pris le problème à bras le corps. 14 acteurs de santé locaux se sont mobilisés pour faire reculer ce fléau. Du pharmacien qui réalise le dépistage dans son officine, au médecin qui remet un carnet de liaison au patient à l’infirmière qui accompagne le patient avec le support de fiches navette, une coordination

Confronté à un taux de décès causés par le diabète et à un nombre de personnes sous traitement antidiabétique plus élevé que la moyenne nationale*, l’agglomération stéphanoise a pris le problème à bras le corps. 14 acteurs de santé locaux se sont mobilisés pour faire reculer ce fléau. Du pharmacien qui réalise le dépistage dans son officine, au médecin qui remet un carnet de liaison au patient à l’infirmière qui accompagne le patient avec le support de fiches navette, une coordination s’est déployée dans le cadre de l’opération Santé Diabète. Engagé dans cette démarche, le CHU va renforcer l’éducation thérapeutique du patient en s’appuyant sur une structure ambulatoire développée par le service d’Endocrinologie.  Grâce à cette chaîne de prévention et de suivi, les patients à risque diabétique (personnes obèses, en surpoids, génétiquement prédisposées) sont identifiés plus précocement et leur intégration dans un parcours de soins est plus rapide et mieux fléchée. Le maillage s’étend jusqu’aux quartiers où des rencontres de voisinage sont organisées entre patients.   Cette action de santé publique originale a été initiée par l’Agence Régionale de Santé Rhône-Alpes, le CHU de Saint-Etienne, la Ville de Saint-Etienne et Sanofi   France. Clé du succès, elle est soutenue par de nombreuses instances partenaires la CPAM   Saint-Etienne, CISS Rhône-Alpes, la Conférence de Territoire Ouest, le Réseau DEDICAS, la Faculté de Médecine de Saint-Etienne, le Groupement des consultants infirmiers de la Loire, le Conseil départemental de l’Ordre infirmier, le Conseil de l’Ordre Régional des Pharmaciens, la Ville de Saint-Etienne, Sanofi France, URPS Pharmaciens, URPS Infirmiers. 
A propos du diabète  Le diabète est reconnu comme une priorité de santé publique. Cette maladie chronique concerne plus de 3 millions de personnes en France, un chiffre en constante progression. Le diabète de type 2 est caractérisé par un taux trop élevé de sucre dans le sang. Si le diabète n’est pas bien contrôlé et suivi, l’état de santé du malade s’aggrave à long terme : le diabète peut être à l’origine de complications cardiovasculaires ou d’insuffisance rénale. C’est la première cause de cécité avant 65 ans, l’une des principales causes de dialyse et d’amputations non traumatiques. 
*Dans la Loire, le diabète concerne environ 23 000 personnes (en 2011), un chiffre en constante progression. Quant au taux comparatif de patients sous traitement antidiabétique à Firminy, Montbrison, Saint-Chamond et Saint-Etienne, il figure parmi les 10 taux les plus forts de la Région Rhône-Alpes. A Saint-Etienne en particulier,  les quatre diagnostics de santé réalisés par l’Observatoire Régional de Santé ont fait état d’un taux plus élevé de décès par diabète sur la zone de santé de proximité de Saint-Etienne que le taux moyen national (58.5/100 000 ZSP Saint-Etienne contre 52/100  000 moyenne nationale).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.