Diabète de type 2 : 14 volontaires recherchés à Toulouse pour une étude clinique

14 volontaires masculins souffrant d’un diabète de type 2, âgés de 40 à 65 ans sont recherchés par des équipes toulousaines* dans le cadre d’une étude clinique. L’objectif de cette recherche est d’évaluer le rôle de l’Apeline, protéine naturellement présente dans l’organisme, dans l’amélioration de la sensibilité à l’insuline de sujets diabétiques de type 2.
14 volontaires masculins souffrant d’un diabète de type 2, âgés de 40 à 65 ans sont recherchés par des équipes toulousaines* dans le cadre d’une étude clinique. L’objectif de cette recherche est d’évaluer le rôle de l’Apeline, protéine naturellement présente dans l’organisme, dans l’amélioration de la sensibilité à l’insuline de sujets diabétiques de type 2. Si ces résultats sont positifs, cette étude ouvrira un vaste champ de recherches pouvant mener, à terme, au développement de nouvelles familles de médicaments destinés à mieux soigner les personnes en surpoids et les patients diabétiques répondant mal aux traitements actuels. Cette recherche fait suite à une étude similaire conduite sur les personnes non diabétiques.
Apeline et sensibilité à l’insuline chez les diabétiques de type 2
Le phénomène de résistance à l’action de l’insuline joue un rôle majeur dans le diabète de type 2 car il se traduit par une moins bonne utilisation du sucre par l’organisme. Cette anomalie épuise le pancréas et peut aboutir à une incapacité de l’organisme à réguler le taux de sucre dans le sang et donc au diabète de type 2. Ce phénomène entraîne également des difficultés pour le traitement du diabète, pouvant évoluer chez certaines personnes vers une situation d’impasse thérapeutique.
Modalités pratiques de participation
La sensibilité à l’insuline de chaque participant sera évaluée à deux reprises pour mesurer les effets respectifs d’une perfusion d’Apeline et d’une perfusion de placebo.Au total, la réalisation de cette étude comprendra quatre venues au Centre d’Investigations Cliniques du CHU de Toulouse, à Purpan, Hôpital Pierre-Paul Riquet : une venue d’environ 2 heures pour réaliser un bilan clinique initial, deux journées (7h à 17h) pour la réalisation des explorations, et une dernière venue d’environ 2 heures pour réaliser le bilan clinique final. Les contraintes liées à cette étude seront indemnisées à hauteur de 600 € pour une participation complète.
Les personnes susceptibles de participer à l’étude doivent répondre aux critères suivants :
–  être un homme âgé de 40 à 65 ans
–  être diabétique de type 2
–  avoir un diabète traité par antidiabétiques oraux (comprimés) uniquement
–  avoir un indice de masse corporelle compris entre 27 et 33 Kg/m²
–  être affilié à un régime de sécurité sociale ou équivalent
Les personnes présentant l’un des critères suivants ne pourront pas participer à l’étude :
–  personnes ayant un antécédent de maladie du cœur ou des vaisseaux (infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, pose de stent, pontage coronarien…)
–  patients diabétiques recevant un traitement injectable (insuline ou analogue du GLP-1)
–  personnes ayant un antécédent personnel de cancer.
–  personnes ayant présenté une infection au VIH, hépatite B ou hépatite C.
–  consommation chronique excessive d’alcool
–  consommation de tabac ne pouvant être interrompue durant 24 heures
–  participation en cours à une autre étude interventionnelle
Ce programme a été cofinancé par la Société Francophone du Diabète et l’ex-Région Midi-Pyrénées
Pour tout renseignement , contactez l’équipe de recherche
cazals.l@chu-toulouse.fr
tél. : 05 61 32 33 61
.
*Equipes du service de Diabétologie, Maladies Métaboliques et Nutrition du CHU de Toulouse et le Centre d’Investigation Clinique, en collaboration avec l’Institut des Maladies Métaboliques et Cardiovasculaires de Toulouse, Inserm/Université Toulouse III – Paul Sabatier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.