Diabète et obésité : 1er séminaire lorrain dédié à l’éducation thérapeutique du patient

Une première en Lorraine : le 6 décembre 2012 s'est tenu un séminaire organisé dans le cadre du projet transfrontalier EDUDORA (EDUcation thérapeutique et préventive face au Diabète et à l’Obésité à Risque chez l’Adulte et l’Adolescent) à Nancy*. L'occasion de faire le point sur les expériences et les initiatives menées par les professionnels de santé lorrains en matière d’éducation thérapeutique.

Une première en Lorraine : le 6 décembre 2012 s’est tenu un séminaire organisé dans le cadre du projet transfrontalier EDUDORA (EDUcation thérapeutique et préventive face au Diabète et à l’Obésité à Risque chez l’Adulte et l’Adolescent) à Nancy*. L’occasion de faire le point sur les expériences et les initiatives menées par les professionnels de santé lorrains en matière d’éducation thérapeutique.
Environ 150 000 personnes sont concernées par les diabètes de type 1 et 2 dans la région, alors que l’obésité touche 18 % de la population. Pour ces maladies chroniques entraînant complications et autres pathologies, l’éducation thérapeutique est plus que jamais placée au cœur de la prise en charge des patients. Les démarches se développent, à l’image du programme du CHU de Nancy autorisé par l’ARS Lorraine et baptisé EDUDIOB.
Le parcours éducatif du patient diabétique de type 2, les besoins de formation des professionnels pour la pratique de l’ETP, l’organisation de l’ETP dans le cadre du plan Obésité ou encore la place des réseaux et des Soins de Suite et de Réadaptation dans la filière de soins : exemples de conférences thématiques au programme du séminaire organisé par EDULOR, l’association pour le développement de l’éducation thérapeutique en Lorraine et LORDIAMN, la fédération LORraine DIAbétiques Maladies métaboliques Nutrition. Le rapport officiel de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) « Évaluation de la prise en charge du diabète » paru en 2012 y est également présenté.
Si l’éducation thérapeutique du patient est en plein essor, en particulier pour le diabète et l’obésité, son développement passe par une parfaite coordination avec l’ensemble des acteurs concernés : médecins traitants, professionnels de santé hospitaliers, associations, patients, acteurs de la prévention santé, etc. Une réalité qui porte cette première rencontre professionnelle transfrontalière puisque inscrite dans le cadre d’EDUDORA². Ce projet transfrontalier soutenu par l’Union Européenne vise à :
– améliorer la qualité des prises en charge du diabète et de l’obésité à risque de l’adolescent et de l’adulte avec une attention particulière pour les milieux précarisés
– proposer des stratégies de sensibilisation vis-à-vis de l’obésité à risque de l’adulte, de façon à favoriser la prévention et le dépistage précoce du diabète
– créer un réseau transfrontalier (Wallonie – Grand-Duché du Luxembourg – Lorraine) pour proposer des stratégies en matière de formation des professionnels de santé (1re ligne et équipes spécialisées), en privilégiant une approche multidisciplinaire centrée sur l’éducation thérapeutique dans la prise en charge du diabète et de l’obésité à risque de l’adolescent et de l’adulte.

À travers un parcours éducatif personnalisé, le programme appliqué au CHU de Nancy permet tout d’abord au patient de mieux connaître sa maladie (causes et conséquences) et de tendre vers un mode de vie basé sur une meilleure connaissance des aliments et une sensibilisation à l’activité physique. EDUDIOB vise également une maîtrise plus efficace par le patient de son traitement : modalités, effets indésirables, adaptation au contexte psychologique et socioculturel, accompagnement lors d’un changement de traitement (traitements oraux, injectables, insulinothérapie, pompe à insuline externe ou implantée), autosurveillance glycémique. C’est aussi permettre au patient, par exemple, de mieux gérer les incidents ou accidents liés au diabète au quotidien et à prévenir les risques (hypoglycémies, hyperglycémies, précautions en cas d’activité physique, de voyage, etc.). Enfin, le programme aborde d’autres thématiques comme les troubles du comportement alimentaire : analyse fonctionnelle de l’alimentation et prise en charge cognitivo-comportementale, avec entre autres un travail sur les tabous alimentaires, les fluctuations pondérales, les régimes « yo-yo », les repères physiologiques de l’alimentation ou encore le soutien psychologique associé.

Les diabètes de type 1 et 2 entraînent des complications graves (maladies cardiovasculaires, rétinopathies, insuffisances rénales, amputations de membres) avec des répercussions psychosociales considérables. L’obésité quant à elle, prédispose, entre autres, au diabète de type 2 et aux pathologies cardio-respiratoires. Les bénéfices de l’éducation thérapeutique du patient sont reconnus par de nombreuses études et l’ETP est officiellement recommandée par les autorités sanitaires pour améliorer la prise en charge du diabète et de l’obésité. Les deux pathologies figurent d’ailleurs parmi les priorités du Projet Régional de Santé de Lorraine.   
* Les partenaires associés sont l’ADEL, l’AFERO, l’ARDL, l’ARS Lorraine, l’Assurance Maladie, le CHR Metz-Thionville, le CHU de Nancy, le Conseil Régional de Lorraine, la Faculté de médecine de l’Université de Lorraine, l’ORSAS Lorraine et l’UNR Santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.