Diabète : identification d’un gène responsable de la résistance à l’insuline

Un nouveau gène responsable d’une forme de résistance à l’insuline et, plus tard, de diabète a été identifié par les équipes des CHU de Dijon et l’Université de Bourgogne alors qu’elles conduisaient une étude sur une pathologie rare, le syndrome de SHORT. Tirant tous les enseignements de cette découverte, les praticiens ont très vite modifié le protocole de traitement appliqué aux patients atteints de cette maladie génétique. Les résultats de leurs travaux viennent d'être publiés dans la revue spécialisée American Journal of Human Genetics*.

Un nouveau gène responsable d’une forme de résistance à l’insuline et, plus tard, de diabète a été identifié par les équipes des CHU de Dijon et l’Université de Bourgogne alors qu’elles conduisaient une étude sur une pathologie rare, le syndrome de SHORT. Tirant tous les enseignements de cette découverte, les praticiens ont très vite modifié le protocole de traitement appliqué aux patients atteints de cette maladie génétique. Les résultats de leurs travaux viennent d’être publiés dans la revue spécialisée American Journal of Human Genetics*.
Un gène responsable de nombreuses maladies
La résistance à l’insuline est une anomalie rencontrée dans de nombreuses pathologies comme le diabète, l’obésité, l’athérosclérose ou le syndrome des ovaires polykystiques. Afin de mieux comprendre les mécanismes de ces maladies fréquentes et très complexes, les chercheurs ont adopté une méthode de recherche consistant à étudier la résistance à l’insuline sous ses formes les plus rares plus faciles à suivre biologiquement. C’est ainsi qu’ils ont pu identifier un nouveau gène dont les anomalies sont à l’origine du syndrome de SHORT. Les patients porteurs de cette maladie génétique présentent un retard de croissance et d’éruption dentaire, une maigreur importante malgré une alimentation normale, des anomalies oculaires et une résistance sévère à l’insuline qui provoque un diabète à l’âge adulte, voire dès l’adolescence.

Les nouvelles connaissances acquises sur les mécanismes responsables de la résistance à l’insuline ont immédiatement profité aux patients dijonnais. « Ainsi, nous avons suspendu le traitement par hormone de croissance en cours chez ces enfants car notre découverte a révélé un risque d’apparition plus rapide du diabète lors de ce traitement. Cette avancée montre aussi tout l’intérêt de la médecine personnalisée qui consiste à utiliser les données génétiques afin d’adapter la prise en charge clinique des patients » relate le Dr. Christel Thauvin, généticienne au CHU de Dijon. La découverte profite aussi aux patients dont le diagnostic n’avait pu être établi auparavant.
Un travail de coopération
Coordonnés par le Dr. Jean-Baptiste Riviere, biologiste moléculaire au CHU de Dijon, ces travaux ont été menés par l’équipe de recherche "Génétique des anomalies du développement" (GAD)** – de l’Université de Bourgogne, dirigée par le Pr. Laurence Faivre. Des cliniciens et chercheurs de différents établissements ont également apporté leur contribution.
L’étude a été réalisée grâce au soutien financier du Conseil Régional de Bourgogne, de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), de l’Institute of Cardiometabolism and Nutrition (Ican), de l’Institut de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm) et de l’Université de Sciences et médecine Pierre et Marie Curie de Paris.
Recherche et technologie de pointe
Quelques mois avant l’identification du gène responsable d’une forme de résistance à l’insuline, les équipes avaient repéré un autre gène d’intérêt responsable celui-ci d’une forme de déficience intellectuelle syndromique***. Ces anomalies génétiques ont été identifiées, rapidement et à moindre coût grâce à une technologie innovante de séquençage d’ADN. 
Le Pr. Laurence Faivre se félicite du dynamisme et de la maîtrise des technologies de pointe dont  font preuve les chercheurs et cliniciens qui hissent la génétique médicale parmi les activités phares du campus dijonnais. Ces avancées signent l’excellence des laboratoires bourguignons qui gagnent en expertise et en visibilité dans un domaine où la concurrence internationale est rude et où la France doit rattraper le retard pris sur les pays d’Amérique du Nord et d’Europe comme le Royaume-Uni ou les Pays-Bas.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.