Diabète insulinodépendant : Montpellier, un des rares centres à maîtriser l’isolement d’ilots pancréatiques

Le 29 janvier 2011, le Laboratoire de Thérapie Cellulaire du Diabète a réalisé avec succès son premier isolement d'îlots pancréatiques humains à l'Institut de Recherche en Biothérapie du CHRU de Montpellier. La réussite de cette procédure de haute technicité menée par le docteur Anne Wojtusciszyn est le fruit d'une collaboration étroite entre l'équipe d'Endocrinologie-Diabète du CHRU dirigée par les Professeurs Eric Renard et Jacques Bringer et l'équipe INSERM U661 dirigée par Mr Stéphane Dalle et l'équipe de coordination des greffes et de chirurgie digestive-transplantation du CHRU.

Le 29 janvier 2011, le Laboratoire de Thérapie Cellulaire du Diabète a réalisé avec succès son premier isolement d’îlots pancréatiques humains à l’Institut de Recherche en Biothérapie du CHRU de Montpellier. La réussite de cette procédure de haute technicité menée par le docteur Anne Wojtusciszyn est le fruit d’une collaboration étroite entre l’équipe d’Endocrinologie-Diabète du CHRU dirigée par les Professeurs Eric Renard et Jacques Bringer et l’équipe INSERM U661 dirigée par Mr Stéphane Dalle et l’équipe de coordination des greffes et de chirurgie digestive-transplantation du CHRU.

Les îlots pancréatiques sont des petits amas cellulaires répartis dans le pancréas dont ils représentent 1 à 2 % du volume. Ces précieux îlots sécrètent l’insuline, seule hormone de l’organisme capable de normaliser le taux de sucre dans le sang.
La perte des îlots pancréatiques rend nécessaire la pratique vitale d’injections d’insuline plusieurs fois par jour par les patients diabétiques les plus sévèrement touchés, le plus souvent dès l’enfance ou l’adolescence.
La technique d’isolement de ces amas cellulaires est longue et délicate mais elle apporte des moyens inestimables pour permettre aux laboratoires de recherche fondamentale de développer à Montpellier de nouvelles voies de recherche dans le domaine du diabète.

La maîtrise de cette technique, encore limitée à quelques centres en Europe, dont Lille, Grenoble et récemment Paris pour la France, est également nécessaire pour rendre possible la thérapie cellulaire de formes graves de diabète insulinodépendant par la greffe d’îlots pancréatiques. Cette thérapie cellulaire du diabète, déjà pratiquée à Montpellier depuis 2006 grâce à la collaboration Franco-Suisse du groupe GRAGIL (Groupe Rhin Rhône Alpes pour la Transplantation d’Ilots de Langerhans), pourra désormais, par le développement du laboratoire montpelliérain, être proposée à un plus grand nombre de patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.