Diabète : « Mon Glucocompteur » l’appli qui calcule ma dose d’insuline

Pour aider les patients diabétiques à mieux équilibrer leur alimentation, le CHU de Toulouse et Sanofi lancent « Mon Glucocompteur » 1ère application mobile gratuite qui, pour chaque repas, aide à calculer ses glucides et à estimer la dose d’insuline rapide à s’injecter. L’appli pour iPhone et Androïd est téléchargeable sur les Stores (App Store et Google Play). Une solution santé mobile qui va simplifier la vie des 3 millions de personnes diabétiques en France.

Pour aider les patients diabétiques à mieux équilibrer leur alimentation, le CHU de Toulouse et Sanofi lancent « Mon Glucocompteur » 1ère application mobile gratuite qui, pour chaque repas, aide à calculer ses glucides et à estimer la dose d’insuline rapide à s’injecter. L’appli pour iPhone et Androïd est téléchargeable sur les Stores (App Store et Google Play). Une solution santé mobile qui va simplifier la vie des 3 millions de personnes diabétiques en France.

Très simples d’utilisation et adaptées au mode de vie des patients, les fonctionnalités de « Mon Glucocompteur » sont indépendantes les unes des autres d’où la flexibilité très appréciée de l’appli, de la consultation de la quantité de glucides contenues dans des portions ou des quantités d’aliments à l’estimation des glucides d’un repas complet sans oublier  la fonction compteur pour le calcul rapide de la dose d’insuline à s’injecter quand on connait déjà les glucides du repas auxquels on applique le ratio insuline/glucides* préalablement évalué pour chaque patient avec l’aide de son médecin diabétologue.
« Mes repas », « Mon compteur », « Mes équivalents visuels », « Mes notes » : les 4 aides de Mon Glucomoteur
Mes Repas : fournit des estimations glucidiques des aliments à la portion qui aident les patients à quantifier la consommation de glucides à chaque repas. Les aliments sont présentés sous forme de portions les plus régulièrement vendues ou consommées.
Mon Compteur : aide aux calculs liés à la méthode d’adaptation appelée insulinothérapie fonctionnelle. Toutes les données sont initiées et évaluées avec l’aide d’un médecin diabétologue et suivies régulièrement par des tests et contrôles de glycémie. La réglette de multiplication facilite les comptes.
Mes équivalents visuels : présente des photos repères visuels qui sont une aide pour une meilleure estimation des quantités dans l’assiette.
Mes notes : permet de garder en mémoire des événements sur certains repas, ou la composition des aliments que les patients ont l’habitude de consommer.
Du papier au digital
Fruit d’un partenariat entre Sanofi et le CHU de Toulouse initié en 2010, le Glucocompteur a été conçu initialement sous format papier à l’initiative de Jacqueline Delaunay, diététicienne dans le service de diabétologie du Professeur Hélène Hanaire au CHU de Toulouse, pour répondre aux besoins exprimés par les patients diabétiques. Son succès auprès des patients et des équipes soignantes a motivé la conception de sa version mobile avec le soutien de Sanofi, afin d’aider le plus grand nombre de patients diabétiques à atteindre leurs objectifs avec un outil adapté à leur mode de vie.
« En tant que professionnelle de santé, j’ai pu constater la difficulté des patients diabétiques à calculer ce qu’ils mangent. C’est loin d’être naturel. Tout l’intérêt du glucocompteur est de jouer le rôle d’assistant et de facilitateur au moment des repas.» a expliqué Jacqueline Delaunay, diététicienne dans le service de diabétologie du Pr Hélène Hanaire du CHU de Toulouse. « Des valeurs glucidiques simplifiées, moyennées et mémorisables, la possibilité de calculer des recettes et de garder des repas favoris, de rentrer les plats préparés industriels directement en glucides à partir des étiquettes est une aide précieuse. Accompagner les patients pour manger en se faisant plaisir tout en maîtrisant les glycémies, n’est-ce pas  le rêve de tout soignant en diabétologie ? »  

 « Tout ce qui peut permettre aux patients de gagner de la précision et du temps pour la gestion des repas et le calcul de leur insuline est précieux. C’est pour eux plus d’aisance et de liberté. La version papier de cet outil a été un succès. Le développement de l’application, avec le soutien de Sanofi, va rendre cet outil encore plus accessible et facilement utilisable tous les jours. » ajoute le Pr Hélène Hanaire, diabétologue au CHU de Toulouse.
« Dans la vie quotidienne, l’insuline reste un traitement complexe qui s’accompagne de contraintes pour les patients. Les solutions de santé mobile comme « Mon Glucocompteur » peuvent alléger ces contraintes et contribuer à aider les patients à maîtriser avec succès leur maladie », a déclaré Claire Viguier-Petit, Directeur des Opérations Diabète, Sanofi France. « Aujourd’hui, les solutions de santé mobile font partie intégrante des services que nous offrons aux patients diabétiques en complément de nos médicaments et de nos lecteurs de glycémie. Nous entendons continuer à identifier et à accompagner des projets innovants qui apportent un vrai plus aux patients. »
 « Mon Glucocompteur » a été développé par Novedia Group, une agence digitale intégrée, qui bénéficie de plus de dix années d’expérience dans le web et le mobile, dans des domaines d’application grand public ou professionnels.
 
Le diabète en France
Maladie chronique, le diabète présente deux grands types cliniques : le diabète de type 1, qui est une maladie auto-immune caractérisée par un défaut ou une insuffisance de la sécrétion d’insuline (hormone qui régule les concentrations de glucose sanguin) par le pancréas, et le diabète de type 2, qui est un trouble métabolique caractérisé par une production insuffisante d’insuline et une aptitude réduite de l’organisme à répondre à l’insuline qu’il sécrète. Le diabète de type 1 et le diabète de type 2 sont caractérisés par une élévation des concentrations de glucose sanguin (hyperglycémie). Au fil du temps, l’hyperglycémie non contrôlée entraîne des complications macrovasculaires et microvasculaires.

Les complications macrovasculaires, qui affectent les gros vaisseaux sanguins, peuvent prendre la forme de crise cardiaque, d’accidents vasculaires cérébraux et de vasculopathies périphériques.

Les complications microvasculaires affectent les petits vaisseaux sanguins des yeux (rétinopathie), des reins (néphropathie) et des nerfs (neuropathie). En France, en 2011, le seuil des 3 millions de personnes traitées pour diabète a été franchi dont entre 650 000 et 750 000 patients insulinotraités selon la CNAMT1.
*Les ratios insuline/glucides des repas sont définis en collaboration avec le médecin et les soignants, régulièrement testés et mémorisés  dans le profil de l’appli.
Télécharger les applis
https://itunes.apple.com/fr/app/mon-glucocompteur/id803981587?mt=8
https://play.google.com/store/apps/details?id=com.sanofi.fr.monglucocompteur&hl=fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.