Diagnostiquer la grippe en 20 minutes : une 1ere française au CHUGA

C’est une première en France. Les urgences adultes Nord ont expérimenté, l’hiver dernier, un nouvel appareil innovant de biologie délocalisée, le cobas® Liat® (Roche Diagnostics) pour diagnostiquer la grippe en 20 minutes. Cette expérimentation a été portée par le Docteur Maxime Maignan (urgences adultes Nord), le Docteur Sylvie Larrat (laboratoire de virologie) et le Docteur Caroline Landelle (service d’hygiène hospitalière).
C’est une première en France. Les urgences adultes Nord ont expérimenté, l’hiver dernier, un nouvel appareil innovant de biologie délocalisée, le cobas® Liat® (Roche Diagnostics) pour diagnostiquer la grippe en 20 minutes. Cette expérimentation a été portée par le Docteur Maxime Maignan (urgences adultes Nord), le Docteur Sylvie Larrat (laboratoire de virologie) et le Docteur Caroline Landelle (service d’hygiène hospitalière).

Un diagnostic en 20 minutes

Alors que d’ordinaire, les services d’urgence font appel au laboratoire hospitalier pour tout besoin d’analyse, ce système novateur de biologie délocalisée permet d’avoir accès à un automate petit format pour diagnostiquer la grippe en 20 minutes, dès l’entrée du patient dans le box d’accueil des urgences. Fort du succès de cette étude, les urgences adultes Nord et les urgences pédiatriques de l’Hôpital Couple Enfant vont déployer ce diagnostic rapide à tous les patients potentiellement porteur du virus de la grippe cet hiver 2018-2019. 

Epidémie et embolie de service
Lors des pics d’épidémie de grippe, les services d’urgences adultes et pédiatriques sont souvent encombrés et entraîne une surexposition de patients fragiles comme les enfants ou les seniors mais aussi une contagion accélérée.
« Cette innovation nous permet de prendre des décisions fiables et très rapides dans les 30 premières minutes de l’entrée d’un patient aux urgences. Suivant le diagnostic, nous pourrons ainsi renvoyer le patient à son domicile, lui prescrire des antibiotiques, l’isoler afin d’éviter la contamination d’autres patients ou encore l’hospitaliser. La biologie délocalisée au plus près des patients offre un gain de temps notable dans la gestion des périodes d’épidémies où les urgences sont en tension » témoigne le Docteur Maxime Maignan, responsable adjoint aux urgences adultes Nord.
Comment fonctionne l’automate ?
Reposant sur la technologie d’amplification en chaîne par polymérase (PCR), le système novateur Cobas® Liat® automatise complètement le processus de détection, simplifie les flux de travail et permet aux professionnels de santé d’effectuer des tests moléculaires dans divers contextes de façon rapide, fiable et avec une formation simple et rapide. La PCR est une technologie qui permet d’amplifier et de détecter l’ADN (ou l’ARN) d’un agent infectieux recherché. A ce jour, le portefeuille de tests comprend notamment le test pour la grippe A, la grippe B et le VRS (Virus respiratoire syncytial, cause la plus fréquente d’infections respiratoires des jeunes enfants). 
Et demain  ?
Des tests sont déjà en cours de développement pour diagnostiquer d’autres maladies infectieuses.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.