Diagnostiquer la grippe en 20 minutes : une 1ere française au CHUGA

C’est une première en France. Les urgences adultes Nord ont expérimenté, l’hiver dernier, un nouvel appareil innovant de biologie délocalisée, le cobas® Liat® (Roche Diagnostics) pour diagnostiquer la grippe en 20 minutes. Cette expérimentation a été portée par le Docteur Maxime Maignan (urgences adultes Nord), le Docteur Sylvie Larrat (laboratoire de virologie) et le Docteur Caroline Landelle (service d’hygiène hospitalière).
C’est une première en France. Les urgences adultes Nord ont expérimenté, l’hiver dernier, un nouvel appareil innovant de biologie délocalisée, le cobas® Liat® (Roche Diagnostics) pour diagnostiquer la grippe en 20 minutes. Cette expérimentation a été portée par le Docteur Maxime Maignan (urgences adultes Nord), le Docteur Sylvie Larrat (laboratoire de virologie) et le Docteur Caroline Landelle (service d’hygiène hospitalière).

Un diagnostic en 20 minutes

Alors que d’ordinaire, les services d’urgence font appel au laboratoire hospitalier pour tout besoin d’analyse, ce système novateur de biologie délocalisée permet d’avoir accès à un automate petit format pour diagnostiquer la grippe en 20 minutes, dès l’entrée du patient dans le box d’accueil des urgences. Fort du succès de cette étude, les urgences adultes Nord et les urgences pédiatriques de l’Hôpital Couple Enfant vont déployer ce diagnostic rapide à tous les patients potentiellement porteur du virus de la grippe cet hiver 2018-2019. 

Epidémie et embolie de service
Lors des pics d’épidémie de grippe, les services d’urgences adultes et pédiatriques sont souvent encombrés et entraîne une surexposition de patients fragiles comme les enfants ou les seniors mais aussi une contagion accélérée.
« Cette innovation nous permet de prendre des décisions fiables et très rapides dans les 30 premières minutes de l’entrée d’un patient aux urgences. Suivant le diagnostic, nous pourrons ainsi renvoyer le patient à son domicile, lui prescrire des antibiotiques, l’isoler afin d’éviter la contamination d’autres patients ou encore l’hospitaliser. La biologie délocalisée au plus près des patients offre un gain de temps notable dans la gestion des périodes d’épidémies où les urgences sont en tension » témoigne le Docteur Maxime Maignan, responsable adjoint aux urgences adultes Nord.
Comment fonctionne l’automate ?
Reposant sur la technologie d’amplification en chaîne par polymérase (PCR), le système novateur Cobas® Liat® automatise complètement le processus de détection, simplifie les flux de travail et permet aux professionnels de santé d’effectuer des tests moléculaires dans divers contextes de façon rapide, fiable et avec une formation simple et rapide. La PCR est une technologie qui permet d’amplifier et de détecter l’ADN (ou l’ARN) d’un agent infectieux recherché. A ce jour, le portefeuille de tests comprend notamment le test pour la grippe A, la grippe B et le VRS (Virus respiratoire syncytial, cause la plus fréquente d’infections respiratoires des jeunes enfants). 
Et demain  ?
Des tests sont déjà en cours de développement pour diagnostiquer d’autres maladies infectieuses.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.