Dijon : exercice 2017 dans le vert avec un excédent de 17 M€

Pour la 4è année consécutive et grâce au travail de l’ensemble de ses professionnels, le CHU Dijon Bourgogne affiche un résultat financier positif de 17.082.852 €, pour la 4è année consécutive. Au Ce résultat est le fruit du travail de l’ensemble de ses professionnels, d’une activité toujours croissante (+7,5% de séjours) et d’une excellente dynamique des recettes (+5,4%). Décryptage...

Pour la 4è année consécutive et grâce au travail de l’ensemble de ses professionnels, le CHU Dijon Bourgogne affiche un résultat financier positif de 17.082.852 €, pour la 4è année consécutive. Au Ce résultat est le fruit du travail de l’ensemble de ses professionnels, d’une activité toujours croissante (+7,5% de séjours) et d’une excellente dynamique des recettes (+5,4%). Décryptage…
Les principales évolutions ont porté sur l’hospitalisation complète (+2,8%), la chirurgie ambulatoire (+10,2%), l’hospitalisation de jour (+14,2%). La croissance de l’activité associée au pilotage maîtrisé des dépenses (+2,8%) ont permis à l’établissement d’autofinancer ses opérations d’investissement en 2017 pour un montant total de 23,5 M€. Le CHU a atteint une capacité d’autofinancement (CAF) de 58,8 M€ et un taux de marge brute non aidée de 10,4%.
L’endettement reste élevé (354 M€ fin 2017), principalement du fait des opérations immobilières liées au site François-Mitterrand (projet dit « Bocage Central »), mais s’inscrit dans la continuité de la diminution engagée depuis 2013. L’objectif de l’établissement reste de poursuivre la baisse de l’endettement dans les années à venir pour revenir à des ratios d’endettement satisfaisant.
Les comptes du CHU Dijon Bourgogne ont été certifiés sans réserves pour l’exercice 2017.

Dijon envisage son avenir avec optimisme

Dans la continuité du contrat de retour à l’équilibre financier 2014/2017, le CHU Dijon Bourgogne a engagé un “Plan d’action efficience” 2017/2018. Celui-ci a permis de dégager des gains d’efficience de 1,7 M€ en 2017. Combiné à la bonne attractivité de l’établissement, ainsi qu’à la performance de l’ensemble des équipes, il a contribué aux bons résultats de l’établissement au titre de l’exercice 2017.
Ces résultats viennent appuyer les engagements pris par le CHU dans le cadre de son nouveau Projet d’établissement 2018/2022
Ce dernier comporte en effet plusieurs projets d’investissements majeurs qui permettront au CHU Dijon Bourgogne d’accompagner les évolutions des prises en charge médicales et soignantes et d’accroître son rayonnement.
L’objectif est d’arriver à autofinancer l’ensemble des investissements liés au nouveau Projet d’établissement, exception faite d’opérations majeures, sur une base annuelle de 25 M€, éventuellement augmentée en fonction des résultats annuels.
La stratégie du CHU vise à entretenir un cercle vertueux de développement de ses activités pour offrir à l’ensemble de ses patients un très haut niveau de soins, d’enseignement, de recherche et d’innovation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.