Dijon : le nouveau visage du campus hospitalo-universitaire du Bocage

En ce début d’été, le CHU Dijon Bourgogne poursuit sa politique de grands travaux sur le campus hospitalo-universitaire du Bocage. Sont concernés, l'hôpital d’Enfants, le Centre de rééducation et de réadaptation (C2R) et l’hôpital François-Mitterrand... Chaque année, près de 12 M€ qui sont investis par le CHU Dijon Bourgogne pour des opérations immobilières. Visites d'un vaste programme de modernisation en trois sites.
En ce début d’été, le CHU Dijon Bourgogne poursuit sa politique de grands travaux sur le campus hospitalo-universitaire du Bocage. Sont concernés, l’hôpital d’Enfants, le Centre de rééducation et de réadaptation (C2R) et l’hôpital François-Mitterrand… Chaque année, près de 12 M€ qui sont investis par le CHU Dijon Bourgogne pour des opérations immobilières.  Visites d’un vaste programme de modernisation en trois sites.

L’hôpital d’Enfants

La façade de l’établissement rénovée au printemps 2019, donne dès à présent un aperçu de la modernisation entreprise dans ce bâtiment, dont les travaux vont se poursuivre jusqu’en 2023. Après la réalisation du septième étage (service de Génétique), quelques aménagements au rez-de-chaussée et une refonte complète de tous les réseaux techniques (chauffage, ventilation, climatisation, plomberies, fluides médicaux, électricité,…), les travaux en cours concernent aujourd’hui le quatrième étage où s’ouvrira une nouvelle unité médico chirurgicale en 2020. 

Le Centre de rééducation et de réadaptation (C2R) 

Des travaux d’amélioration technique du bâtiment sont en cours au premier étage et se poursuivront dans les deux autres niveaux d’hospitalisation. 

L’hôpital François-Mitterrand 

Pour accompagner l’augmentation d’activité des services, des travaux de surélévation des trois ailes nord du bâtiment, côté rue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, sont en cours. Ils accueilleront des lits de médecine, permettant ainsi la mise en oeuvre du projet médical approuvé aux instances d’octobre dernier.
« Ce programme s’inscrit dans la volonté forte du CHU Dijon Bourgogne d’accompagner des projets médico-soignants innovants. Des opérations sont actuellement en cours d’étude comme le bâtiment dédié à la rééducation, READAPTIC, le futur Institut de la fertilité, la réhabilitation des urgences pédiatriques dans l’hôpital d’Enfants ou la réorganisation du service d’accueil des urgences adultes. D’autres travaux accompagneront les nouveaux modes de prise en charge, notamment l’ambulatoire et les circuits courts » indique Nadiège Baille, Directrice générale de l’institution. 
Cette modernisation tient compte de la politique de développement durable dans laquelle le CHU Dijon Bourgogne s’est engagé. « Les surélévations de l’hôpital François-Mitterrand sont réalisées en structure bois. Pour garantir une meilleure performance énergétique et le confort d’été, nous privilégions l’utilisation de matériaux éco responsables dans nos projets » précise Patrice Mureau, directeur des services techniques et du développement durable du CHU. 
Au 12M€ du programme immobilier de modernisation s’ajoutent les 18 M€ consacrés aux équipements biomédicaux, logistiques et aux systèmes d’information.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.