« Dire et entendre l’annonce d’une maladie grave : Enjeux éthiques »

Annoncer ou entendre un diagnostic de maladie grave ne se résume pas à un échange d'information mais s'inscrit toujours dans une relation de soin, dans une relation d'aide. Comment comprendre ce moment délicat où l'on doit échanger sur une réalité qu'il faut affronter ? La question sera au coeur du 3ème Colloque d'Ethique de Rouen qui se tiendra mardi 28 Novembre 2006 de 9h30 - 17h, Salle Sainte-Croix des Pelletiers.

Annoncer ou entendre un diagnostic de maladie grave ne se résume pas à un échange d’information mais s’inscrit toujours dans une relation de soin, dans une relation d’aide. Comment comprendre ce moment délicat où l’on doit échanger sur une réalité qu’il faut affronter ? La question sera au coeur du 3ème Colloque d’Ethique de Rouen qui se tiendra mardi 28 Novembre 2006 de 9h30 – 17h, Salle Sainte-Croix des Pelletiers.

Les professionnels de la santé, en particulier les infirmiers et les médecins, sont aujourd’hui attentifs à la manière d’annoncer aux personnes qu’ils soignent des nouvelles difficiles. Quels sont les acquis, les difficultés, les questions et les progrès qui doivent être accomplis?

Les exemples vécus par les soignants dans les domaines du VIH-sida, de la gynécologie-obstétrique (annonce concernant la grossesse), de l’urgence et de la réanimation, ou encore de la cancérologie vont servir de base aux échanges pour ce troisième colloque d’éthique.

Les questions et débats avec le public permettrons de construire un échange argumenté. Les éclairages universitaires des sciences sociales, juridiques et philosophiques constitueront également un apport enrichissant.

L’entrée est gratuite, sans inscription, dans la limite des 350 places disponibles.

Plus de renseignement sur www.chu-rouen.fr rubrique « Espace de réflexion ethique »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.