Disparition de Patrice Barberousse, forte émotion dans la communauté hospitalière

Patrice Barberousse, ancien président du SMPS et DG du CHU de Besançon est décédé le 14 mars à l’âge de 69 ans. Les obsèques auront lieu dans la plus stricte intimité jeudi 19 mars à Onlay. Ses amis et le SMPS lui rendront hommage à Paris lorsque seront levées les mesures de lutte contre l’épidémie qui traverse notre pays.

Patrice Barberousse, ancien président du SMPS et DG du CHU de Besançon est décédé le 14 mars à l’âge de 69 ans. Les obsèques auront lieu dans la plus stricte intimité jeudi 19 mars à Onlay.  Ses amis et le SMPS lui rendront  hommage à Paris lorsque seront levées les mesures de lutte contre l’épidémie qui traverse notre pays.
Président du Syndicat national des cadres hospitaliers, devenu Syndicat des manageurs publics de santé (SMPS), de 1997 à 2003 et directeur général du CHU de Besançon de 2008 à 2015, Patrice Barberousse est décédé le 14 mars à Dijon. "Nous nous réveillons orphelins ce matin du 14 mars 2020. Patrice Barberousse est parti cette nuit, entouré des siens, « là-bas dans les nuages ». Il luttait depuis 27 mois contre cette terrible maladie qui a eu le dernier mot. Il a mené ce dernier combat comme il a conduit sa vie, conscient des enjeux et sûr de la voie empruntée", témoigne le SMPS dans un communiqué.
« Brillant et chaleureux, courageux et tendre, doté d’une plume hors du commun et volontiers taquin, fidèle à ses amis et confraternel en toute occasion, ainsi était Patrice Barberousse…L’hôpital public perd un grand serviteur et moi un maître et un ami très cher », a réagi pour sa part Philippe El Saïr, Directeur général du CHRU de Brest. Ancien élève de l’Ecole Nationale de la Santé Publique (aujourd’hui EHESP), Patrice Barberousse a commencé sa carrière à l’AP-HP en 1978 avant d’occuper son premier poste de chef d’établissement à Hendaye (Pyrénées Atlantiques). Nommé Conseiller technique au ministère de la Santé aux côtés de Gérard Vincent, alors Directeur de la Direction des Hôpitaux (aujourd’hui DGOS), il a ensuite été Directeur des Hôpitaux de Saint-Maurice (Val de Marne), du Centre hospitalier de Nevers (Nièvre), puis du CHU de Besançon (Doubs) de 2008 à 2015 date de son départ à la retraite. Patrice Barberousse a égalemebt été Délégué Régional puis Vice-Président de la FHF de Franche-Comté, et membre du Conseil d’Administration de la FHF. Il avait été décoré de l’Ordre National du Mérite et de la Légion d’Honneur.

Hommage de la FHF

« Au-delà de cette carrière exemplaire, Patrice Barberousse a marqué, par ses qualités humaines, tous ceux qui l’ont accompagné. Sa pugnacité et sa détermination, alliées à sa parfaite connaissance du terrain et à son sens de l’écoute, resteront exemplaires. Patrice Barberousse a incarné les valeurs de l’hôpital public, tant dans son exercice quotidien que dans ses fonctions à la FHF ou en tant que Président du Syndicat National de Cadres Hospitaliers (aujourd’hui SMPS) », a réagi la FHF dans un communiqué.
Ses amis et le SMPS lui rendront hommage à Paris lorsque seront levées les mesures de lutte contre l’épidémie qui traverse notre pays.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.