Dispositifs médicaux : l’open innovation en marche à Nîmes

De l’émergence du projet de dispositif médical à sa commercialisation, Nîmes associe l’ensemble des acteurs. Cette approche qui privilégie la co-conception sera au cœur des 3èmes rencontres nationales des dispositifs médicaux*, les 10 et 11 mai 2017 à Nîmes.
De l’émergence du projet de dispositif médical à sa commercialisation, Nîmes associe l’ensemble des acteurs. Cette approche qui privilégie la co-conception sera au cœur des 3èmes rencontres nationales des dispositifs médicaux*, les 10 et 11 mai 2017 à Nîmes.  Les 150 participants (industriels, chercheurs et porteurs de projets français et étrangers) exploreront les différentes facettes d’une innovation et de son transfert industriel : d’où vient l’idée d’un nouveau dispositif médical ? Quel peut être le rôle du patient, l’apport du clinicien ? Comment l’innovation peut-elle venir d’autres filières industrielles ? Comment trouver les bonnes stratégies de distribution quand on est une PME ?
Des exemples d’open innovation et de partenariats réussis pour chaque étape de la chaîne de valeur du dispositif médical « Penser, Faire, Vendre » viendront en illustration.
Ces rencontres s’inscrivent dans la dynamique de structuration de la filière d’excellence des « Dispositifs Médicaux » à Nîmes. Riche d’une histoire industrielle de plus de 30 ans et d’un écosystème porteur avec notamment la présence d’entreprises de dimension internationale (Bastide – Le confort médical, Asklé Santé (groupe Wincare), Idetec…), le territoire nîmois possède tous les atouts pour devenir un acteur majeur des dispositifs médicaux. Ce développement est accompagné par Eurobiomed, pôle de compétitivité Santé qui rassemble une communauté d’entreprises, d’universités et d’écoles et de porteurs de projets structurants comme le diagnostic médical à Montpellier, l’immunothérapie à Marseille.
Sur ce secteur d’activité, le CHU de Nîmes, leader de l’évaluation des dispositifs médicaux, joue un rôle moteur. Il dispose notamment d’un institut dédié « IDIL »** et d’un centre spécialisé dans le handicap « CEDM-H »***

*Le colloque est organisé par Eurobiomed, Nîmes Métropole et le CHU de Nîmes avec le soutien d’Openîmes Métropole et de l’ACIDIM.
*Institut d’évaluation du dispositif médical (IDIL) 
**Centre d’évaluation des dispositifs médicaux liés au handicap (CEDM-H)
Télécharger le programme

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.