Don de moelle osseuse : appel à la solidarité régionale et nationale

Du 15 au 21 septembre 2008 a lieu la 3ème semaine nationale de mobilisation pour le don de moelle osseuse. Au cours de ce premier semestre 2008, en Languedoc-Roussillon comme dans les autres régions françaises, moins de personnes se sont inscrites sur le Registre national des donneurs de moelle osseuse. Or, chaque nouvelle inscription compte : elle peut permettre aux malades qui ont besoin d'une greffe de trouver LEUR donneur et peut-être leur sauver la vie. Le Languedoc- Roussillon, qui a déjà prouvé sa solidarité avec les malades par le passé, doit renforcer sa mobilisation rapidement en augmentant le nombre de donneurs dans la région.

Du 15 au 21 septembre 2008 a lieu la 3ème semaine nationale de mobilisation pour le don de moelle osseuse. Au cours de ce premier semestre 2008, en Languedoc-Roussillon comme dans les autres régions françaises, moins de personnes se sont inscrites sur le Registre national des donneurs de moelle osseuse. Or, chaque nouvelle inscription compte : elle peut permettre aux malades qui ont besoin d’une greffe de trouver LEUR donneur et peut-être leur sauver la vie. Le Languedoc- Roussillon, qui a déjà prouvé sa solidarité avec les malades par le passé, doit renforcer sa mobilisation rapidement en augmentant le nombre de donneurs dans la région.

Un besoin primordial de nouveaux inscrits
Aujourd’hui en France, près de 2 000 malades ont besoin d’une greffe de moelle osseuse pour vaincre la maladie qui met leur vie en péril. Malheureusement, un certain nombre d’entre eux risque de ne pas trouver de greffon faute de donneurs compatibles inscrits sur le Registre. C’est pourquoi chaque nouveau donneur inscrit sur le Registre national représente une chance supplémentaire, voire unique, pour ces malades de trouver LEUR donneur, et peut-être de leur sauver la vie. Chaque donneur est unique, donc chaque nouvelle inscription compte et peut changer la vie d’un malade. Pour augmenter les chances des malades de trouver leur donneur, il est important que de nombreux nouveaux donneurs, de toutes origines, représentatifs de la diversité de la population française actuelle, s’inscrivent sur le Registre national.

Une mobilisation nécessaire en Languedoc-Roussillon et partout en France au 2nd semestre 2008 L’année 2008 se présente moins favorablement que 2007.
Depuis le début de cette année, on note une baisse sensible des inscriptions sur le Registre français. En Languedoc-Roussillon :
170 nouveaux donneurs dans la région1 se sont inscrits sur le Registre national. Il faudrait que plus de 650 autres personnes en Languedoc-Roussillon fassent la démarche de s’inscrire d’ici la fin de l’année pour que la région atteigne son objectif minimal. A titre comparatif, 814 nouveaux donneurs s’étaient inscrits en 2007.

Chiffres repères pour le Languedoc-Roussillon en 2007
– 7 065 donneurs de moelle osseuse dans la région inscrits sur le Registre national
– 4 donneurs sollicités pour faire un don de moelle osseuse à un malade
– 31 patients greffés à Montpellier grâce des donneurs (hors du cercle familial) de France et de l’étranger. 1 Données disponibles en juin 2008 2/2

L’année dernière, des résultats très encourageants ont été enregistrés au niveau national
– 17 232 nouveaux donneurs inscrits durant l’année sur le Registre français,
– une hausse de plus de 20 % des greffes de moelle osseuse à partir de donneurs n’appartenant pas au cercle familial.
– près de 160 000 donneurs inscrits sur le Registre français.

La mobilisation doit s’intensifier dans toutes les régions de France afin qu’un maximum de personnes sensibilisées décident de s’inscrire sur le Registre national.

Un appel à la solidarité régionale à partir du 15 septembre Dans le cadre de la 3ème semaine nationale de mobilisation pour le don de moelle osseuse, l’Etablissement Français du Sang (EFS) et l’Agence de la biomédecine font appel à la solidarité des donneurs de sang pour les inciter à s’inscrire également comme donneurs de moelle osseuse. En Languedoc-Roussillon, 30000 donneurs de sang réguliers, inscrits sur les fichiers de l’EFS, recevront durant la 2ème quinzaine de septembre un courrier les sensibilisant à l’intérêt de devenir donneurs de moelle osseuse, accompagné d’une demande d’inscription à retourner s’ils le souhaitent, simplement rempli au Registre national.

Au total, 150 000 donneurs de sang partout en France seront sensibilisés personnellement. Chacun de nous, homme ou femme, quelle que soit son origine, qu’il soit destinataire ou non de ce mailing, doit se sentir concerné par cet appel à la solidarité, car il peut agir pour les malades en décidant de s’inscrire comme donneur de moelle osseuse.

Comment devenir donneur ? Il faut remplir trois conditions
– Etre en parfaite santé ;
– Avoir plus de 18 ans et moins de 50 ans lors de l’inscription, même si l’on peut ensuite donner jusqu’à 60 ans ;
– Accepter de répondre à un entretien médical et de faire une prise de sang

Ces documents sont également disponibles dans les centres d’accueil de l’Etablissement Français du Sang et les centres d’accueil hospitaliers et via le réseau des associations impliquées dans l’information sur le don de moelle osseuse.

Pour s’inscrire www.dondemoelleosseuse.fr OU 0 800 20 22 24 (appel gratuit)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Simuler un attentat ou une tempête pour préparer aux situations d’urgence 

Après l’impressionnant déploiement du “Shelter”, hôpital mobile du CHU de Toulouse, ce fut au tour du projet “SENS” d’être présenté lors de la dernière édition de SantExpo. SENS, ou autrement dit un centre de simulation environnementale et neurosensorielle de 140 m2, ayant la capacité de recréer diverses situations extrêmes pour préparer au mieux les professionnels de l’urgence à des crises majeures. Un projet attendu sur le site de l’hôpital Purpan en 2024.

A Santexpo, des CHU de France en transition(s)

Pour la deuxième année consécutive, les 32 CHU ont affiché leur unité à l’occasion de Santexpo, salon qui a réuni du 23 au 25 mai l’écosystème de la santé. S’il est difficile d’évaluer les retombées réelles pour les établissements, ce rassemblement sur deux stands et une même bannière (CHU de France) aura eu le mérite de faire valoir un certain nombre de thèmes, dont les transitions numérique, écologique ou sociale au sein de l’hôpital. A défaut d’énumérer tout ce que nos caméras ont pu capter d’échanges sur ces trois jours, la rédaction vous propose de revivre dix temps forts.

Vincent Vuiblet : “L’IA va profondément modifier l’ensemble des fonctions hospitalières.” 

Connaissance des maladies, aide aux diagnostics, dépistage précoce, prise en charge des patients, prédiction de l’efficacité des traitements ou encore suivi des épidémies… dans la santé comme dans d’autres domaines, l’Intelligence artificielle est promise partout. Si les perspectives semblent vertigineuses, difficile de saisir ce que cette évolution technologique, que certains appréhendent comme une “révolution”, implique réellement. A l’occasion de SantExpo, nous avons interrogé Vincent Vuiblet, Professeur de médecine au CHU de Reims et directeur de l’Institut d’Intelligence Artificielle en Santé Champagne Ardenne depuis 2020, sur ce sujet particulièrement d’actualité. L’occasion pour lui de nous éclairer, de balayer aussi un certain nombre d’idées reçues et de fantasmes.

Le CHU de Bordeaux aux petits soins avec ses nouveaux internes

Le 15 mai dernier, deux cent six nouveaux internes ont été accueillis au Grand Théâtre, bâtiment phare de la capitale girondine et propriété du CHU de Bordeaux. Un événement en grandes pompes voulu par Yann Bubien, peu de temps après son arrivée en tant que Directeur général.

A saint-Étienne, cette nouvelle clinique soigne les champions comme les sportifs du dimanche

Ouverte depuis novembre dernier, la Clinique Universitaire du Sport et de l’Arthrose (CUSA) accueille dix-sept praticiens travaillant de concert pour soigner les problématiques qui entourent l’appareil locomoteur. Et si son plateau technique de pointe voit défiler les sportifs de haut niveau comme les amateurs, c’est une autre population, touchée par l’arthrose et autres douleurs articulaires, qui prend massivement rendez-vous. Reportage.