Don de moelle osseuse : campagne d’information et de recrutement

Le 16 novembre 2006, l'Agence de la biomédecine en collaboration avec l'Etablissement Français du Sang, les centres hospitaliers et les associations lance une campagne nationale d'information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse. Elle s'ouvre par la première semaine nationale de mobilisation sur le don de moelle osseuse, coup d'envoi d'une information soutenue pendant 3 ans.

Le 16 novembre 2006, l’Agence de la biomédecine en collaboration avec l’Etablissement Français du Sang, les centres hospitaliers et les associations lance une campagne nationale d’information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse. Elle s’ouvre par la première semaine nationale de mobilisation sur le don de moelle osseuse, coup d’envoi d’une information soutenue pendant 3 ans.

Une campagne pour réfléchir à son engagement personnel en tant que donneur « Vous avez un don et si vous en faisiez profiter les autres ? » : un message simple et interpellant que le public doit comprendre à travers cette campagne. Car inciter chacun à s’interroger sur son engagement en tant que donneur est l’objectif de cette campagne. S’informer et réfléchir pour devenir donneur sont les messages qui seront relayés du 16 au 22 novembre.

Où trouver des documents à partir du 16 novembre 2006
• En appelant gratuitement le numéro vert 0 800 20 22 24 ;
• En consultant le site internet www.dondemoelleosseuse.fr


     

Recruter de nouveaux donneurs pour répondre aux besoins des patients

L’objectif, à terme, est d’augmenter le Registre français de 100 000 nouveaux donneurs afin de mieux répondre aux besoins des patients. Il est aussi d’enrichir la diversité de ce fichier. En effet, le recrutement de 100 000 nouveaux donneurs n’est utile aux patients que s’il leur apporte des profils génétiques tous très différents correspondant à ceux dont ils ont besoin.

Ce recrutement est essentiel pour arriver à ce qu’au moins la moitié des personnes greffées en France le soit à partir du Registre français. Actuellement, seuls 27,3% des patients pris en charge sur le territoire ont reçu un greffon provenant du Registre français et 72,7% de Registres internationaux.

Atteindre cet équilibre permettra de mieux prendre en charge les patients qui ont besoin d’une greffe en France en simplifiant son organisation. Il est en effet plus simple pour les médecins de se procurer un greffon provenant du même territoire que celui du receveur.

L’augmentation du nombre d’inscrits au Registre français permettra aussi à la France d’augmenter de façon significative sa contribution à la base de données mondiale des donneurs de moelle osseuse.
Enfin, cela permettra de réduire le coût de la greffe en France puisque un greffon provenant d’un Registre international coûte 2,8 fois plus cher qu’un greffon provenant du Registre français.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.