Don de moelle osseuse : campagne d’information et de recrutement

Le 16 novembre 2006, l'Agence de la biomédecine en collaboration avec l'Etablissement Français du Sang, les centres hospitaliers et les associations lance une campagne nationale d'information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse. Elle s'ouvre par la première semaine nationale de mobilisation sur le don de moelle osseuse, coup d'envoi d'une information soutenue pendant 3 ans.

Le 16 novembre 2006, l’Agence de la biomédecine en collaboration avec l’Etablissement Français du Sang, les centres hospitaliers et les associations lance une campagne nationale d’information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse. Elle s’ouvre par la première semaine nationale de mobilisation sur le don de moelle osseuse, coup d’envoi d’une information soutenue pendant 3 ans.

Une campagne pour réfléchir à son engagement personnel en tant que donneur « Vous avez un don et si vous en faisiez profiter les autres ? » : un message simple et interpellant que le public doit comprendre à travers cette campagne. Car inciter chacun à s’interroger sur son engagement en tant que donneur est l’objectif de cette campagne. S’informer et réfléchir pour devenir donneur sont les messages qui seront relayés du 16 au 22 novembre.

Où trouver des documents à partir du 16 novembre 2006
• En appelant gratuitement le numéro vert 0 800 20 22 24 ;
• En consultant le site internet www.dondemoelleosseuse.fr


     

Recruter de nouveaux donneurs pour répondre aux besoins des patients

L’objectif, à terme, est d’augmenter le Registre français de 100 000 nouveaux donneurs afin de mieux répondre aux besoins des patients. Il est aussi d’enrichir la diversité de ce fichier. En effet, le recrutement de 100 000 nouveaux donneurs n’est utile aux patients que s’il leur apporte des profils génétiques tous très différents correspondant à ceux dont ils ont besoin.

Ce recrutement est essentiel pour arriver à ce qu’au moins la moitié des personnes greffées en France le soit à partir du Registre français. Actuellement, seuls 27,3% des patients pris en charge sur le territoire ont reçu un greffon provenant du Registre français et 72,7% de Registres internationaux.

Atteindre cet équilibre permettra de mieux prendre en charge les patients qui ont besoin d’une greffe en France en simplifiant son organisation. Il est en effet plus simple pour les médecins de se procurer un greffon provenant du même territoire que celui du receveur.

L’augmentation du nombre d’inscrits au Registre français permettra aussi à la France d’augmenter de façon significative sa contribution à la base de données mondiale des donneurs de moelle osseuse.
Enfin, cela permettra de réduire le coût de la greffe en France puisque un greffon provenant d’un Registre international coûte 2,8 fois plus cher qu’un greffon provenant du Registre français.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.