Don de moelle osseuse : Montpellier fête son 10 000ème « veilleur de vie » !

10 000, c’est le nombre de donneurs de moelle osseuse recensés par le CHU de Montpellier depuis la création de son registre en 2004. L’occasion pour le Dr Béatrice Bonafoux, coordonnateur du département d’Immunologie du CHRU de rappeler l’importance de ce don dans le traitement de maladies du sang comme les leucémies et d’encourager chacun à devenir « veilleur de vie ».

10 000, c’est le nombre de donneurs de moelle osseuse recensés par le CHU de Montpellier depuis la création de son registre en  2004. L’occasion pour le Dr Béatrice Bonafoux, coordonnateur du département d’Immunologie du CHRU de rappeler l’importance de ce don dans le traitement de maladies du sang comme les leucémies et d’encourager chacun à devenir « veilleur de vie ».
Le CHU de Montpellier est le seul centre habilité à recenser et prélever la moelle osseuse en Languedoc-Roussillon.
Pourquoi devenir donneur ?
Dr Béatrice Bonafoux – Lorsqu’il n’y a pas de donneur compatible dans la fratrie, il est nécessaire de trouver un donneur non apparenté compatible. Le rôle du laboratoire est alors de faire appel au Registre National France Greffe de Moelle pour y rechercher, tant au niveau national qu’international, un donneur dont les caractéristiques génétiques sont aussi proches que possible de celles du malade. La probabilité d’être compatible entre deux individus pris au hasard est très rare : 1 chance sur 1 million. C’est pourquoi chaque inscription sur le registre national compte car elle représente une chance supplémentaire de guérison pour les malades qui ont besoin d’une greffe de moelle osseuse. Grace au registre mondial, un malade a 60% de chance de trouver un donneur compatible. C’est le groupage « HLA : Human Leukocyte Antigens » qui définit le donneur et qui figure dans les fichiers internationaux. Le plus important est la compatibilité biologique dans le choix du donneur, ensuite vient l’aspect géographique.
Qui peut donner ?
Dr Béatrice Bonafoux – Il faut impérativement respecter les conditions suivantes : être en parfaite santé; avoir plus de 18 ans et moins de 51 ans lors de l’inscription (même si l’on peut ensuite donner jusqu’à 60 ans) ; accepter un entretien médical et faire une prise de sang. A cette étape, on est inscrit sur le registre des donneurs.
Mais devenir donneur ne veut pas dire donner. C’est s’inscrire sur un registre de donneur volontaire et s’engager à être présent le jour où un malade compatible a besoin d’une greffe. Ce qui représente 1 chance sur 1 million d’être appelé. Le donneur peut renoncer à son engagement à tout moment sans aucune justification. Selon le Dr Béatrice Bonafoux «On pense à donner lorsqu’un proche est malade. En général on franchit le pas en donnant son sang, puis ses plaquettes, puis sa moelle ». Le don est  anonyme.  On ne peut pas savoir qui a nous a donné.
Comment se passe le prélèvement ?
Dr Béatrice Bonafoux – On distingue 2 types de prélèvement : Dans environ 80% des cas, le prélèvement se fait par aphérèse : les cellules de la moelle osseuse sont prélevées dans le sang. Le donneur reçoit au préalable pendant quelques jours, par injection sous-cutanée, un médicament qui stimule leur production et les fait passer des os vers le sang où elles seront récupérées. Un à 2 prélèvements (d’une durée de 3 à 4 heures chacun) sont nécessaires sans que le donneur n’ait à subir d’anesthésie générale ni d’hospitalisation.
Dans environ 20% des cas, le prélèvement se fait dans les os du bassin où la moelle osseuse est prélevée en superficie dans les os postérieurs du bassin sous anesthésie générale. Cet acte simple nécessite environ 48h d’hospitalisation et ne comporte aucun risque de paralysie. La moelle osseuse se reconstitue rapidement. Le volume prélevé est calculé en fonction du poids du donneur et de celui du malade.
Hormis les risques classiques associés à toute forme d’anesthésie, et de manière très exceptionnelle, les risques infectieux et traumatiques aux points de ponction, le don de moelle osseuse est sans danger. Le prélèvement n’est réalisé qu’après avoir vérifié et validé l’aptitude du donneur.

Moelle osseuse : les besoins en France 
Chaque année en France, 1 800 personnes ont besoin d’une greffe de moelle osseuse. Les compatibilités étant très rares, seuls les deux tiers d’entre elles trouvent un donneur identique en intrafamilial ou sur les fichiers où le nombre d’inscrits reste faible. Heureusement, le registre des donneurs est mondial. Ainsi, un patient français peut recevoir un don de moelle d’un patient américain ou allemand par exemple. C’est d’ailleurs ce qui se passe dans la majorité des cas. En effet, en France, 240 000 donneurs sont inscrits sur le registre français. En Allemagne, ils sont plus de 4 millions et 24 millions dans le monde.
La journée mondiale de la moelle osseuse aura lieu le 28 septembre 2015.

Pour se renseigner sur le don ou s’inscrire
https://mobile.twitter.com/moelleosseuse
https://www.facebook.com/dondemoelleosseuse
https://www.youtube.com/user/DonDeMoelleOsseuse
http://www.dondemoelleosseuse.fr/

Le CHRU de Montpellier remercie les associations qui œuvrent au quotidien pour aider et soutenir les équipes du CHRU et les patients notamment en trouvant des donneurs : Adot 34, Adot 66, ensangble 30 et l’EFS
D’après un communiqué du CHU de Montpellier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.