Don d’organes : Clermont-Ferrand crée un espace pour les familles de donneurs

Endeuillées par la perte d’un parent, les familles des patients en état de mort cérébrale sont toutes rencontrées par l’équipe médicale en charge du patient et par l'équipe de Coordination Hospitalière des prélèvements d’organes et de tissus ; selon les nouvelles dispositions de la loi, les soignants doivent interroger les proches pour s’assurer que de son vivant la personne n’était pas opposée au prélèvement*. Si le défunt n’avait pas exprimé d’opposition de son vivant, un don d’organes et de tissus est envisagé et organisé au bloc où se dérouleront les prélèvements. Le temps d’organisation et d’intervention peut être long. Jusqu’à présent rien n’était prévu pour les accueillir durant ces heures souvent pénibles alors qu’elles venaient de prendre part à un acte d’une grande générosité. Aussi, pour que cette douloureuse attente se déroule dans les meilleures conditions, la direction du site Gabriel-Montpied du CHU de Clermont-Ferrand vient d’aménager une salle destinée à recevoir les proches. Une trentaine de familles sont concernées chaque année.

Endeuillées par la perte d’un parent, les familles des patients en état de mort cérébrale sont toutes rencontrées par l’équipe médicale en charge du patient et par l’équipe de Coordination Hospitalière des prélèvements d’organes et de tissus ; selon les nouvelles dispositions de la loi, les soignants doivent interroger les proches pour s’assurer que de son vivant la personne n’était pas opposée au prélèvement*. Si le défunt n’avait pas exprimé d’opposition de son vivant, un don d’organes et de tissus est envisagé et organisé au bloc où se dérouleront les prélèvements. Le temps d’organisation et d’intervention peut être long et il arrive que les famille qui habitent parfois à plus de trois heures de route du CHU de Clermont-Ferrand choisissent d’attendre sur place le départ  du corps. Certaines devront même patienter durant 12 heures. Jusqu’à présent rien n’était prévu pour les accueillir durant ces heures souvent pénibles alors qu’elles venaient de prendre part à un acte d’une grande générosité. Aussi, pour que cette douloureuse attente se déroule dans les meilleures conditions, la direction du site Gabriel-Montpied du CHU vient d’aménager une salle destinée à recevoir les proches. Une trentaine de familles sont concernées chaque année.
« Convaincus que cette opération, importante dans sa dimension sociale et son caractère novateur, améliorera grandement l’accompagnement des familles et facilitera le dialogue avec elles, nous avons sollicité un partenariat multiple afin de financer les équipements nécessaires à l’aménagement de cette pièce. » précise le Dr Laurence Escaravage, anesthésiste. Plusieurs associations ont accepté de soutenir cette initiative : France Rein Auvergne (M EFOE Edouard – président association) par un don de 750 €, l’Ordre nationale du mérite – section du Puy-de-Dôme (M MOULIN Jean-Philippe – président association) (1 000 €), France ADOT 63  ( M FLEURY Didier – président association) (1 500 €).
Réhabilitée et embellie, la pièce a été équipée d’un mobilier privilégiant le confort et l’apaisement. « Cette salle permettra aux familles d’attendre le corps de leur défunt  en toute quiétude alors qu’auparavant ces personnes occupaient les salles d’attente des réanimations ou déambulaient dans le hall d’entrée ». Le CHU de Clermont-Ferrand a tenu à rappeler la force de ce geste de solidarité et mettre en lumière la chaîne du don d’organes ainsi que l’importance croissante de cette activité au sein de l’établissement.
Le prélèvement d’organes relève du service de coordination des prélèvements d’organe et de tissus géré par le Dr Laurence Escaravage. Tous les prélèvements d’organes effectués sur les personnes en état de mort cérébrale sont réalisés sur le site Gabriel-Montpied au bloc central. En 2017, sur les 52 personnes en état de mort encéphalique ont été recensées, 29 donneurs ont été prélevés. En 2015, 34 recensements pour 21 prélèvements avaient été effectués.
 Marie-Georges Fayn
Pour en savoir plus
Nouveau décret concernant le don d’organes et de tissus janvier 2017 – Si, durant son vivant, la personne a manifesté son opposition au don d’organes auprès de ses proches sans s’être inscrite au registre national, la famille qui sera sollicitée devra l’attester par écrit.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.