Don et greffe d’organes : la générosité alliée à la compétence

En Martinique, plus d'une centaine de patients atteints d'une affection rénale attendent une greffe de rein, plus de 150 personnes souffrent d'une affection oculaire nécessitant une greffe de cornée. Devant l'urgence de cette situation, le CHU assure depuis 1996 le prélèvement d'organes et de tissus notamment des prélèvements de reins et de cornées. En 2004, cette activité a permis de réaliser près de 60 greffes de cornées permettant à 60 personnes de conserver la vue et 18 greffes de reins. Pour effectuer ces précieux prélèvements, il est essentiel d'informer le public afin que chacun puisse exprimer sa position sur le don d'organes.

En Martinique, plus d’une centaine de patients atteints d’une affection rénale attendent une greffe de rein, plus de 150 personnes souffrent d’une affection oculaire nécessitant une greffe de cornée. Devant l’urgence de cette situation, le CHU assure depuis 1996 le prélèvement d’organes et de tissus notamment des prélèvements de reins et de cornées. En 2004, cette activité a permis de réaliser près de 60 greffes de cornées permettant à 60 personnes de conserver la vue et 18 greffes de reins. Pour effectuer ces précieux prélèvements, il est essentiel d’informer le public afin que chacun puisse exprimer sa position sur le don d’organes.

Depuis cinq ans, le Comité de Promotion du Don d’Organes constitué au CHU de Fort-de-France avec l’aide des clubs services de la Martinique (Lions, Soroptimist, Kiwani, Rotary) explique au travers de nombreuses actions la nécessité médicale du prélèvement et de son corollaire le don d’organes. La prochaine action d’envergure est la réalisation d’un film à l’attention des jeunes adultes. Actuellement, la générosité des donateurs et la mobilisation des personnels du CHU ont permis de réunir la moitié de la somme. La campagne continue…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.