Dons de spermatozoïdes et d’ovocytes en baisse : les CECOS inquiets

200 donneurs de gamètes* aujourd’hui en France contre 400 en 2009 et à Lyon, 10 seulement pour l'année 2013 sur la région lyonnaise pour un besoin estimé à plus de 20. Conséquences : les délais s’allongent au grand découragement des couples qui recourent à l’assistance médicale à la procréation (AMP) dans l’espoir de fonder une famille.

200 donneurs de gamètes*  aujourd’hui en France contre 400 en 2009 et à Lyon, 10 seulement pour l’année 2013 sur la région lyonnaise pour un besoin estimé à plus de 20. Conséquences : les délais s’allongent au grand découragement des couples qui recourent à l’assistance médicale à la procréation (AMP) dans l’espoir de fonder une famille.
Réunis à l’Assemblée Nationale, les 12 et 13 septembre 2013 lors de 2 journées débats, pour les 40 ans de leur Fédération nationale, les Centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains (CECOS), tire la sonnette d’alarme. Plusieurs causes sont avancées pour expliquer la baisse de dons : l’incertitude concernant la levée ou non de l’anonymat des donneurs dans la version 2011 de la loi de bioéthique, les récents débats sur le mariage pour tous et l’extension possible de l’AMP aux couples de même sexe… Des annonces équivoques ont entretenu la confusion quant à la finalité du don.
Les CECOS rappellent que les conditions du don sont arrêtées par la législation en vigueur au moment du don. Actuellement, l’AMP est toujours réservée aux couples hétérosexuels.

Le CECOS de Lyon saisit cette annonce pour renouveler son appel à volontaires : « Si vous avez moins de 45 ans, si vous êtes en bonne santé et parent d’au moins un enfant, vous pouvez donner vos gamètes. Il vous suffit d’appeler le 04 72 11 66 66 ou 04 72 11 94 05. »

* don de gamètes : don d’ovocytes ou don de spermatozoïdes

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.