Douleur : 1ers neurostimulateurs à visée analgésique compatibles avec IRM corps entier

En février 2014, un nouveau neurostimulateur a été implanté pour la première fois sur une patiente à l’hôpital Rangueil. Deux semaines après, la malade a pu passer une imagerie par résonance magnétique (IRM) corps entier. L’examen s’est déroulé dans les conditions classiques avec une qualité d’image particulièrement satisfaisante. Une innovation en France car jusqu’à présent les patients porteurs d’un neurostimuleur ne pouvaient bénéficier d’une IRM.
En février 2014, un nouveau neurostimulateur  a été implanté pour la première fois sur une patiente à l’hôpital Rangueil. Deux  semaines après, la malade a pu passer une imagerie par résonance magnétique (IRM) corps entier. L’examen s’est déroulé dans les conditions  classiques avec une qualité d’image particulièrement satisfaisante. Une innovation en France car jusqu’à présent les patients porteurs d’un neurostimuleur ne pouvaient bénéficier d’une IRM. 
La seule solution résidait dans l’explantation du neurostimulateur car il y avait risque de surchauffe, du fait de la puissance des aimants de l’IRM, et de brûlure de la moelle épinière pour le patient.

Une avancée qui concerne les 2 000 personnes souffrant de douleurs chroniques rebelles aux traitements médicamenteux qui bénéficient chaque année en France d’un traitement par neurostimulation.
Qu’est-ce qu’un neurostimulateur ? 

Appelé également « système de stimulation médullaire », le neurostimulateur est à la neurochirurgie ce  que le pacemaker est à la cardiologie. Une « pile », placée sous la peau et reliée à des électrodes,  envoie de légères impulsions électriques dans la moelle épinière afin d’empêcher l’information  douloureuse d’atteindre le cerveau. 

Un nouveau neurostimulateur compatible avec l’IRM 
Le Docteur Sylvain Fowo, neurochirurgien au CHU de Toulouse (service de neurochirurgie du  Pr Jean-Christophe Sol – hôpital Pierre-Paul Riquet), est le premier chirurgien en France à avoir implanté  un dispositif de neurostimulation compatible IRM, accompagné de ses électrodes également  compatibles IRM. Il s’agit d’un système de neurostimulation, conforme aux normes européennes pour  les IRM corps entier dans certaines conditions. 
Cette technologie « SureScan® » redéfinit les possibilités d’imagerie de diagnostic pour les patients traités par neurostimulation pour une douleur chronique. Désormais, à l’égal des autres, ils bénéficient des mêmes offres diagnostiques, que ce soit les cancers, les maladies du système nerveux, etc… Ce nouveau système de neurostimulation intègre des améliorations par rapport aux dispositifs existants, ainsi que des électrodes spécialement conçues pour réduire, voire éliminer les risques liés à  l’environnement de l’appareil IRM. 

*L’IRM utilise des champs magnétiques puissants et des impulsions de  radiofréquence pour créer des images des structures qui se trouvent à l’intérieur du corps. Sa technologie est supérieure à la radiographie ou la tomodensitométrie pour ce qui est de détecter et  visualiser les anomalies des tissus mous.  L’IRM fournit des images très détaillées de leurs organes internes, de leurs vaisseaux sanguins, de leurs muscles, de leurs articulations, de tumeurs, de  zones infectées, etc…  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.