Douleur : les CHU qui en font plus

Femme actuelle met les CHRU à l'honneurCette semaine Femme Actuelle met à l'honneur les CHU qui soulagent la douleur en utilisant des techniques originales. Du nouveau-né aux personnes souffrant de douleurs chroniques, les hôpitaux universitaires proposent des réponses sur mesure à la sempiternelle question « Est-ce que ça va faire mal Docteur? ». Ces initiatives contribuent à la bonne opinion que les français portent sur l'hôpital. Ainsi, dans un récent sondage* 68% d'entre eux se sont déclarés satisfaits de la manière dont la douleur était prise en charge à l'hôpital.
.
Femme actuelle met les CHRU à l'honneurCette semaine Femme Actuelle met à l’honneur les CHU qui soulagent la douleur en utilisant des techniques originales. Du nouveau-né aux personnes souffrant de douleurs chroniques, les hôpitaux universitaires proposent des réponses sur mesure à la sempiternelle question « Est-ce que ça va faire mal Docteur? ». Ces initiatives contribuent à la bonne opinion que les français portent sur l’hôpital. Ainsi, dans un récent sondage* 68% d’entre eux se sont déclarés satisfaits de la manière dont la douleur était prise en charge à l’hôpital.

Les prématurés bénéficient d’un programme basé sur l’observation, l’hypnose est proposée aux enfants et adultes, une consultation migraine est réservée aux petits, un appareil évalue la douleur avec précision durant les interventions, un gaz, le xénon, facilite le réveil après l’opération, des bains chauds pris dans une baignoire de dilatation facilitent la préparation au travail des parturientes, acupuncture, massages, esthéticiennes, séances de balnéothérapie apaisent les souffrances et apportent bien-être et détente, des unités se spécialisent dans les douleurs chroniques.. « Aujourd’hui nous pouvons diminuer presque toutes les douleurs. (…) la formation dans ce domaine doit continuer » commente le Docteur Marilène Filbert, Centre Hospitalier Lyon Sud, CHU de Lyon

Pour en savoir plus Femme Actuelle

* Le Baromètre réalisé par TNS Sofres pour la Fédération hospitalière de France a été mené en face à face les 7 et 8 avril 2010 auprès d’un échantillon national de 1 011 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus. Il ressort que 81% des personnes interrogées se déclarent globalement satisfaites de l’hôpital.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.