Douleur : ouverture d’une consultation pour les personnes en situation de précarité

Familles monoparentales, adultes sans activité, adolescents en difficultés sociales, retraités avec des petites pensions, travailleurs pauvres, migrants… les personnes en situation de précarité sont les plus nombreuses à renoncer aux soins. Un phénomène qui touche tout particulièrement le Gard. Pour pallier cette inégalité d'accès, une consultation d’évaluation et de traitement de la douleur chronique (CETD) vient d'être ouverte par le CHU de Nîmes, en partenariat avec la Croix-Rouge Française.
Familles monoparentales, adultes sans activité, adolescents en difficultés sociales, retraités avec des petites pensions, travailleurs pauvres, migrants… les personnes en situation de précarité sont les plus nombreuses à renoncer aux soins. Un phénomène qui touche tout particulièrement le Gard. Pour pallier cette inégalité d’accès, une consultation d’évaluation et de traitement de la douleur chronique (CETD) vient d’être ouverte par le CHU de Nîmes, en partenariat avec la Croix-Rouge Française. 
« Dans un contexte où 20 % de la population souffre de douleurs chroniques*, il nous semblait important de rendre notre expertise accessible à tous » indique le Pr Éric Viel, chef de service du CETD du CHU de Nîmes et fer de lance du projet. « Il s’agit pour l’instant d’une consultation mensuelle où quatre praticiens interviennent tour à tour. Cette fréquence pourra être accrue si nécessaire» poursuit-il. 
Tous les acteurs mobilisés
Plusieurs acteurs du domaine médico-social et institutionnel ont pris part au projet dès sa génèse. Les discussions ont commencé avec la Croix-Rouge, et son antenne de Premier Accueil Social Médicalisé qui propose aux plus démunis un accès aux soins et à la santé au travers des consultations de médecine générale ou spécialisée assurées par des médecins bénévoles. Les échanges se sont poursuivis avec la CPAM, le Département, la Ville, la Métropole et l’ARS. Les praticiens en contact avec les populations fragilisées pourront orienter leurs patients vers un spécialiste du CHU de Nîmes via un numéro dédié. La PASS du CHU de Nîmes a également été associée, elle assistera ces patients dans l’ouverture de leurs droits à l’assurance maladie et aux complémentaires santé (AME, CMUc, ACS…). 
Dans un deuxième temps, les autres organisations non gouvernementales ou encore les associations de terrain qui jouent un rôle essentiel dans le repérage et l’identification des personnes en détresse seront aussi sollicitées. 
Enfin, une information grand public et à destination des médecins de ville sera très prochainement diffusée.
Cette initiative renvoie aux récentes préconisations de l’Académie de Médecine qui vient de rappeler combien la situation sanitaire des personnes précaires est de plus en plus préoccupante. Elle fait également écho aux propos du Président de la République qui a insisté sur la nécessité des coopérations entre toutes les structures, notamment publiques, associatives et citoyennes.
« J’espère que cette initiative sera reprise dans d’autres régions voire d’autres spécialités médicales. Les CHU sont capables de réaliser des prouesses techniques dans bien des domaines, mais n’en oublient pas pour autant les principes fondateurs de l’hospitalisation et notamment : « ne laisser personne au bord de la route » conclut le Pr Viel. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.