Douleur : toutes les expertises réunies en un département

Seule unité en France à disposer d’une palette aussi complète de solutions médicamenteuses et non médicamenteuses pour traiter la douleur, le service d’algologie s’associe au centre psychosomatique du CHRU de Montpellier et devient le département « Douleur, Psychosomatique, Maladie Fonctionnelle ». Fort d’une expertise de 34 ans...

Seule unité en France à disposer d’une palette  aussi complète de solutions médicamenteuses et non médicamenteuses pour traiter la douleur, le service d’algologie s’associe au centre psychosomatique du CHRU de Montpellier et devient le département « Douleur, Psychosomatique, Maladie Fonctionnelle ». Fort d’une expertise de 34 ans au service de milliers de patients et de la formation de générations de médecins et infirmiers, le département a toujours su adopter les approches les plus innovantes. Promoteur d’une prise en charge globale, respectueuse des liens entre le corps et l’esprit, entre le psychique et le somatique, l’équipe reconnaît le malade à la fois dans sa souffrance et dans sa douleur corporelle. A son actif des initiatives très appréciées des patients comme l’atelier d’imagination matérielle dynamique ou l’éducation thérapeutique du patient à la douleur…
Le département accueille des patients douloureux chroniques, souffrant de maladies fonctionnelles* pouvant être corrélées à des évènements et situations relationnelles traumatiques et que les traitements traditionnels n’ont pas pu soulager. Ces personnes sont adressées par les autres services du CHU ou par les médecins ou spécialistes de ville.
Soignés avec des traitements pour calmer la douleur, en hospitalisation de semaine, ou sans médicament en hospitalisation de jour, les patients suivent tous un projet de soins personnalisé défini par les médecins, la psychologue et l’ensemble de l’équipe du service. Si nécessaire, des activités de médiation appropriées à la  problématique du patient sont proposées. Ainsi, certaines sont plutôt liées au corps comme la relaxation, la neurostimulation, la mésothérapie en perfusion lente, l’expression corporelle, le massage, la sophrologie ou l’hydrothérapie. D’autres sont plus axés sur l’imaginaire comme la musicothérapie, l’hypnose et la sophrologie.
Des approches plus originales
L’offre de soins est complétée par des séances en ateliers de créativité : atelier d’imagination matérielle dynamique – thérapeutique élaborée par la psychanalyste Susana Rotbard – ou comme le photolangage.
Focus sur l’atelier d’imagination matérielle dynamique        
Parmi les espaces de médiation, l’atelier d’imagination matérielle dynamique offre au patient la possibilité de réaliser à partir de divers matériaux, des productions d’où émerge l’histoire de la personne. Les différents matériaux sollicitent le corps et la sensorialité visuelle, tactile et kinesthésique. Ils mobilisent une mémoire essentiellement corporelle en deçà des représentations et des associations conscientes. Ainsi, se réactivent des « restes » perceptifs de fragments de souvenirs ainsi que des traces d’actions oubliées. Tous ces éléments forment la couche profonde des rêves et de certaines manifestations d’essence onirique.
L’œuvre réalisée, dans sa double inscription corporelle et imaginaire, participe d’un travail d’élaboration en psychosomatique, en lien avec la pathologie du patient.
Comme l’art thérapie ou les groupes de parole, cette approche développe les capacités d’imaginaire du patient et l’aide à reprendre le contrôle sur sa souffrance. Le travail relationnel en psychosomatique permet de dépasser la dualité psychique et somatique en ouvrant sur l’histoire subjective de la personne malade dans laquelle s’inscrit la pathologie.
L’éducation thérapeutique du patient à la douleur
Contre les souffrances et les douleurs chroniques, l’équipe a mis en place un programme d’éducation thérapeutique, validé par l’Agence Régionale de Santé. L’enjeu : donner au malade le maximum de connaissances sur la maladie, ses conséquences, ses traitements et faire du patient un partenaire actif pour lutter contre les souffrances. Cette pratique double l’efficacité des traitements classiques.
Riche d’une longue expérience en matière d’éducation thérapeutique, l’équipe du département a vient de publier un ouvrage sur le sujet
Education thérapeutique des patients douloureux chroniques
Université de formation à l’art médical, 225p
Dr Patrick Giniès, Dr Didier Kong a Siou et Mme Germaine Boesch.
*sans lésion anatomique décelable

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.