Douleurs chroniques : prise en charge collégiale et pluridisciplinaire

Les douleurs chroniques rebelles bénéficient d'une approche concertée, collégiale et pluridisciplinaire grâce à la mise en commun de l'expertise des services de neurochirurgie et de rhumatologie du CHU de Caen et du Réseau Régional Douleur en Basse-Normandie. Une première en France !

Les douleurs chroniques rebelles bénéficient d’une approche concertée, collégiale et pluridisciplinaire grâce à la mise en commun de l’expertise des services de neurochirurgie et de rhumatologie du CHU de Caen et du Réseau Régional Douleur en Basse-Normandie. Une première en France !

Les patients bas-normands atteints de douleurs chroniques rebelles peuvent bénéficier d’une prise en charge pluridisciplinaire dans une consultation du Réseau Régional Douleur en Basse-Normandie. Garantissant l’égal accès à des soins de qualité sur la région, le réseau oriente des patients à partir d’une consultation de proximité et recense les compétences spécifiques locales afin de favoriser leur utilisation. La convention «réunion de concertation pluridisciplinaire régionale douleur chronique» signée le 30 juin 2009 entre le CHU de Caen et le Réseau Régional Douleur en Basse-Normandie va également faciliter l’accès à l’expertise des services de neurochirurgie et de rhumatologie du CHU.

Né de la volonté des professionnels de santé de terrain investis dans le domaine de la douleur, le Réseau Régional Douleur en Basse Normandie est, depuis sa création, encouragé et financé par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation de Basse-Normandie.
Dès 1995, des professionnels hospitaliers ont en effet émis le souhait de travailler en réseau pour répondre à des besoins de soins propres à la région (région semi-rurale où la démographie médicale est une des plus basses de France). Cette réflexion, s’inscrivant dans une démarche d’amélioration de la qualité, a été accompagnée de financements spécifiques régionaux. Le réseau a alors été officialisé en juin 2001, avec 13 établissements, pour atteindre 47 membres aujourd’hui.

Chaque établissement adhérant au réseau comporte un binôme référent douleur, composé d’un médecin et d’une infirmière, dont les missions sont intra-hospitalières (développement de la culture douleur, participation au Comité de Lutte contre la douleur (CLUD), conseils), extra-hospitalières (lien avec le milieu libéral), inter-hospitalières (dans le cadre du réseau).

Au sein du réseau, les patients atteints de douleurs chroniques rebelles sont orientés vers les 10 consultations de douleur chronique de proximité, réparties sur l’ensemble du territoire bas-normand : pour la Manche, à Avranches-Granville, Cherbourg et St Lô ; pour l’Orne, à Alençon-Mamers, Argentan et Flers ; et pour le Calvados, à Bayeux, Lisieux, Vire et Caen.

Le suivi de certains patients peut amener la structure de proximité dont il relève à faire appel, pour un avis technique ou chirurgical précis, à des compétences spécifiques. Toutes les activités médicales n’étant pas réalisées dans l’ensemble des établissements hospitaliers membres, en particulier la neurochirurgie et la rhumatologie, le réseau et le Centre Hospitalier Universitaire ont donc décidé d’organiser une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) régionale et un accès aux consultations de ces deux spécialités au sein du CHU pour les patients du réseau, à l’instar des RCP créées dans le cadre du plan cancer.

La réunion régionale de concertation pluridisciplinaire douleur chronique (cancéreuse et non cancéreuse) rassemblera tous les deux mois :
– le service de neurochirurgie du CHU,
– des médecins chirurgiens de neurochirurgie, neuroradiologie et rhumatologues du CHU,
– les coordinateurs des structures douleur chronique rebelle du réseau,
– des médecins libéraux impliqués dans la prise en charge de la douleur chronique,
– les médecins d’unités mobiles de soins palliatifs,
– les étudiants en DESC médecine de la douleur et médecine palliative.
– D’autres disciplines pourront être représentées : oncologues, psychiatres, gériatres, pédiatres…
Elle aura pour objectif d’évoquer les dossiers particulièrement compliqués, qui pourraient bénéficier des techniques neurochirurgicales et des protocoles nationaux et européens en cours au CHU. Le patient sera tenu informé de la décision de la RCP et aura ensuite droit au libre choix.

Les patients pris en charge dans les structures douleur chronique rebelle de proximité selon les modalités habituelles seront alors adressés au CHU en consultation externe :

– dans le service de neurochirurgie, pour avis sur l’indication de certaines techniques neurochirurgicales. Pour faciliter l’accès à des consultations de neurochirurgie spécifiques, mais également adresser les patients qui pourraient bénéficier de ces techniques spécifiques, l’évaluation sera d’abord faite dans les structures douleur, le dossier discuté à la RCP et le patient adressé en consultation pour avis.

– dans le service de rhumatologie, pour avis spécialisé et/ou prise en charge spécifique. Le service de Rhumatologie dégagera deux demi-journées de consultations spécifiques douleurs chroniques rhumatologiques par mois.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.