Douleurs pelvi périnéales:l’équipe Nantaise devenue référence mondiale

Une approche thérapeutique originale Voici 15 ans, aucune solution thérapeutique n'était proposée aux hommes et aux femmes qui souffraient de névralgies du nerf pudendal. Sans cause lésionnelle identifiée, les douleurs périnéales chroniques contraignaient les patients à un périple complexe et long au sein de consultations spécialisées et variées. Ce n'est qu'en 1986 que G. Amarenco, neurologue à l'Hôpital Rothschild, émet l'hypothèse que ces douleurs ont pour origine une compression du nerf pudendal. Le Professeur Roger ROBERT, chef de service de neuro-traumatologie du CHU de Nantes et professeur d'anatomie, valide cette hypothèse en 1987.

Une approche thérapeutique originale
Voici 15 ans, aucune solution thérapeutique n’était proposée aux hommes et aux femmes qui souffraient de névralgies du nerf pudendal. Sans cause lésionnelle identifiée, les douleurs périnéales chroniques contraignaient les patients à un périple complexe et long au sein de consultations spécialisées et variées. Ce n’est qu’en 1986 que G. Amarenco, neurologue à l’Hôpital Rothschild, émet l’hypothèse que ces douleurs ont pour origine une compression du nerf pudendal. Le Professeur Roger ROBERT, chef de service de neuro-traumatologie du CHU de Nantes et professeur d’anatomie, valide cette hypothèse en 1987.

Cette découverte a permis au Professeur ROBERT, au Docteur Jean-Jacques LABAT, neurologue dans le service d’urologie du CHU de Nantes et au Docteur BENSIGNOR, responsable du centre anti douleur de la clinique Viaud d’établir un protocole de prise en charge original pour ces patients souffrant de douleurs chroniques, très invalidantes.

Via internet, les malades font la renommée internationale du service nantais
Depuis 1987, 3000 patients ont pu être traités par cette équipe multidisciplinaires et 350 ont bénéficiés d’une nouvelle technique chirurgicale, élaborée par le Professeur ROBERT. Ce nouveau protocole chirurgical a fait l’objet d’une étude randomisée. Actuellement, l’équipe nantaise est la référence mondiale pour cette pathologie.
Ainsi, par l’intermédiaire de sites Internet développés par les patients, cette équipe traite régulièrement des malades originaires de tous les continents. Ces derniers organisent eux-mêmes leur voyage et leur séjour à Nantes.

La formation d’équipes européennes et américaines
L’augmentation du recrutement de patients nécessite le développement d’une prise en charge par d’autres centres spécialisés, en métropole et à l’étranger.
Différentes équipes médicales (à Liège, Bruxelles, Rome, Mayo clinique de Rochester et Houston) sont en formation auprès des médecins nantais. Par ailleurs, plusieurs équipes françaises ont accepté ce protocole thérapeutique (Montpellier, Rouen, Lyon, Brest..)

Renseignements au 02 40 08 37 87

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.