Douleurs persistantes : un centre spécialisé répond à la demande croissante des patients

Le Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur (CETD) du CHU de Rennes a reçu plus de 2 000 personnes depuis le début de l’année ! Recommandées par leur médecin traitant (50% des cas) ou par un spécialiste de ville ou du CHU, ces patients consultent quand la douleur persiste et résiste aux traitements habituels. Ils souffrent de maux de dos dans 20 % des cas, de douleurs neuropathiques caractérisées par un fond douloureux permanent consécutif à une lésion du système nerveux (17 %) et de maux de tête (16 %).

Le Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur (CETD) du CHU de Rennes a reçu plus de 2 000 personnes depuis le début de l’année ! Recommandées par leur médecin traitant (50% des cas) ou par un spécialiste de ville ou du CHU, ces  patients consultent quand la douleur persiste et résiste aux traitements habituels. Ils souffrent de maux de dos dans 20 % des cas, de  douleurs neuropathiques caractérisées par un fond douloureux permanent consécutif à une lésion du système nerveux (17 %) et de maux de tête (16 %).
Ultime recours pour nombre de patients, le Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur qui vient d’être refait à neuf propose une démarche d’évaluation et de soins adaptée au cas par cas; le traitement pouvant mixer différentes techniques médicamenteuses, chirurgicales ou psycho-corporelles. Son élaboration rend nécessaire l’intervention d’une équipe pluri-professionnelle (médecin, infirmière, assistante sociale et psychologue) et pluridisciplinaire. Concrètement, toute personne concernée peut adresser au CETD une demande de consultation de la part de son médecin traitant, une fois le bilan initial effectué. Un auto-questionnaire permet d’anticiper au mieux l’organisation de la première consultation d’environ une heure pendant laquelle un avis diagnostique et thérapeutique complémentaire est proposé. Il est transmis par courrier au médecin demandeur ainsi qu’aux autres professionnels intervenant auprès du patient.

Au CHU de Rennes, certaines prises en charge sont réalisées également en ambulatoire. Le Centre est installé dans de nouveaux locaux au cœur de l’hôpital Pontchaillou, à proximité des équipements techniques.

Un français sur trois souffre d’une douleur chronique

31 % des français expriment une douleur quotidienne depuis plus de 3 mois ; 20 % indiquent qu’elle est modérée à sévère, plus élevée chez les femmes (35 %) que chez les hommes (28,2 %) en augmentant avec l’âge, surtout au-delà de 65 ans). Ces données sont issues de l’étude STOPNET, principale enquête réalisée sur la douleur chronique en France 2004 *
*L’enquête s’est déroulée d’août à novembre 2004 et portait sur un échantillon de 30 155 personnes âgées de 18 ans et plus.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.