Du bleu dans les yeux

Loïc Raguénès* a été accueilli par l'ensemble de l'équipe soignante du Service de Médecine Interne et Immunologie Clinique, à l'invitation du Fonds Régional d'Art Contemporain (FRAC) de Bourgogne*. Quand l'art rencontre l'hôpital...

Loïc Raguénès* a été accueilli par l’ensemble de l’équipe soignante du Service de Médecine Interne et Immunologie Clinique, à l’invitation du Fonds Régional d’Art Contemporain (FRAC) de Bourgogne*. Quand l’art rencontre l’hôpital…


Oeuvre de Loïc Raguenès – salle d’attente du service de médecine interne et immunologie clinique – 2007

Le plasticien a choisi de travailler dans la salle d’attente faisant également office de salle télé, et très souvent d’hôpital de jour par manque de lits disponibles. C’est l’angoisse de l’attente, de l’attente des résultats d’un bilan ou de l’efficacité d’un traitement qui a justifié la transformation de ce lieu. L’artiste évoque la mer, faisant écho aux chambres des patients identifiées chacune par des noms d’îles. Il a créé une bulle de calme ou plutôt une bulle d’eau dans laquelle on peut venir se plonger. Cet endroit est devenu un endroit propice à la détente et à l’évasion dans ce « drôle de lieu de villégiature » que représente l’hôpital et que l’on ne choisit pas.

La technique de Loïc Raguénès laisse l’esprit à la dérive sans imposer une image fixe, délimitée ou découpée. Les dessins sont constitués de points plus ou moins gros et il existe ainsi une sorte de trame dévoilant un dessin tout en nuance. En fonction de la distance que l’on prend par rapport à la peinture, l’image est différente, parfois flottante, jamais imposée. C’est ainsi que le regard peut flotter et s’évader d’un quotidien difficile sans que rien ne soit jamais imposé. Ce rapport à la peinture fait écho à la relation de soins qui propose et se situe en permanence dans l’interaction avec le patient afin d’apporter des soins dans le respect et la liberté de chaque individu.

Un travail artistique une source d’apaisement pour les patients

L’oeuvre fait véritablement partie de l’identité du service. Cette intégration est telle que l’oeuvre déménagera avec le service dans le nouvel hôpital car l’artiste s’est engagé à la reproduire dans les nouveaux locaux. Pour les patients habitués du service de Médecine Interne c’est-à-dire atteints de maladies chroniques et suivis pendant de nombreuses années le travail de Loïc Raguénès restera le seul point de repère pérenne.
Par son action, l’artiste participe au processus de soins au quotidien. Par la sérénité dégagée, il adoucit les conditions de travail des agents…

Le FRAC Bourgogne & le Service de Médecine Interne et Immunologie Clinique : une collaboration pérenne

La collaboration avec le FRAC Bourgogne a débuté en 2002 par l’installation temporaire d’une sculpture de Daniel Firman intitulée Gathering (2000) dans le hall d’accueil du service. Il s’agissait d’une sculpture monumentale représentant un homme debout envahi par les objets de la vie quotidienne. Cette sculpture était une curiosité, un dérivatif ludique, mais aussi un but de promenade pour les patients et leur famille et son lieu d’installation participait à l’étonnement de chacun.

Fort de cette expérience, le Service de Médecine Interne et Immunologie Clinique a demandé au FRAC Bourgogne, en 2004, qu’un projet pérenne soit conçu pour le service. Le Frac Bourgogne a invité Loïc Raguénès, artiste vivant à Dijon, et lui a demandé la production d’une oeuvre pour le service de Médecine Interne et d’Immunologie Clinique de l’hôpital du Bocage. Ce projet a été mené en étroite relation avec l’ensemble du personnel soignant du service.

* Projet mis en place par le Fond Régional d’Art Contemporain (FRAC) de Bourgogne, financé par le ministère de la culture et de la communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles – DRAC – de Bourgogne ) et l’ Agence Régionale de l’Hospitalisation – ARH – de Bourgogne, avec le soutien de la société AKZO Nobel – division Trimétal. Le FRAC Bourgogne reçoit le soutien du ministère de la culture et de la communication (Drac Bourgogne), du Conseil Régional de Bourgogne et du Conseil Général de Côte d’Or.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.