Du plus loin de leur histoire séculaire 3 500 objets hospitaliers vous contemplent

Témoignages de huit siècles d'histoire hospitalière, les collections patrimoniales du CHU de Dijon sont riches d’environ 3 500 objets dont 1 700 d’art et d’histoire et 1 800 scientifiques et techniques. Parmi eux 577 objets sont protégés au titre des Monuments historiques. Que faire d'un tel fond, unique et précieux, quand l'établissement quitte les pavillons du centre-ville pour emménagement en haut d'une colline sur un nouveau site ultra moderne ?

Témoignages de huit siècles d’histoire hospitalière, les collections patrimoniales du CHU de Dijon sont riches d’environ 3 500 objets dont 1 700 d’art et d’histoire et 1 800 scientifiques et techniques. Parmi eux 577 objets sont protégés au titre des Monuments historiques. Que faire d’un tel fond, unique et précieux, quand l’établissement quitte les pavillons du centre-ville pour emménagement en haut d’une colline sur un nouveau site ultra moderne ? Réponse : le mettre en scène et lui donner une seconde vie en tant que médiateur culturel entre l’ancienne cité hospitalière et l’univers futuriste du soin high tech de « Bocage Central ».
L’ouverture du nouveau site en 2010 a donné lieu à la programmation d’un cycle d’expositions temporaires. Les thèmes  retenus éclairent un pan de l’activité hospitalo-universitaire : la chirurgie cardio-vasculaire, la radiologie, l’hygiène, les ateliers biomédicaux, les menuiseries, l’électricité… et actuellement les moments forts de l’histoire (passée et récente) que l’établissement a traversé aux côtés des dijonnais. Le programme est élaboré par des personnels du CHU et des représentants des institutions culturelles.
Dispositifs médicaux – comme on les nomme aujourd’hui-, sculptures et écrits prennent place dans 11 vitrines installées dans le hall d’accueil du bâtiment « Bocage Central ». Autant d’étapes rythmant un parcours pédagogique soutenu par un discours qui a le souci d’être accessible au plus grand nombre.  L’établissement a voulu que ces expositions soient aussi tournées vers le présent et l’avenir et une partie des vitrines montre les matériels actuels et les différents domaines de la recherche.
Et pour qui veut aller plus loin, des dépliants sont à la disposition du public.
Preuves du succès de l’initiative
Des professionnels de santé, davantage sensibilisés au patrimoine, proposent désormais leur aide pour les expositions à venir. Et des hospitalisés témoignent pour dire le plaisir suscité par une telle rencontre. Ainsi Bernadette, documentaliste, hospitalisée pendant de plusieurs semaines au CHU de Dijon, pour un cancer trouvaient bien longues ses journées passées loin de sa famille et de ses amis a apprécié  "la bouffée d’oxygène" apportée par la visite commentée de l’exposition « L’hôpital de Dijon e(s)t votre histoire ! ». "Les thèmes abordés m’ont permis de découvrir l’histoire de techniques de soins d’hier et d’aujourd’hui, des anecdotes, d’admirer des objets d’art complètement inattendus dans un hôpital et des objets médicaux dont l’usage semble complètement incroyable pour la simple patiente que j’étais. Je me rappelle d’enfants qui pointaient leurs petits doigts sur la vitrine en questionnant leurs parents sur le contenu des vitrines et je me rappelle surtout de cette dame qui avait demandé à quitter le service où elle était soignée, couchée dans son lit, pour descendre voir l’exposition. Rencontres incroyables autour de ce parcours muséal situé dans un hall d’hôpital". 
Programme 2015
La fermeture aux soins de l’Hôpital Général marque un tournant l’histoire hospitalière dijonnaise et offre l’occasion de revisiter ce passé à travers une exposition qui retracera les 811 ans d’activité. Lancement de l’exposition en septembre 2015.
Le comité de pilotage mixte : agents du CHU et acteurs engagés dans la culture
Le comité de pilotage réunit 15 représentants des professionnels du CHU tous horizons administratifs, techniques, médicaux et des institutions culturelles régionales des Hospices de Beaune, Musées, Direction Régionale des Affaires culturelles. Ce Comité se retrouve 1 fois par mois afin de décider des prochaines expositions, d’orienter les recherches, de faire le lien entre la chargée de projet et les professionnels de santé et de relire les contenus.

Cette intervention artistique a été sélectionnée dans le cadre de l’opération Fenêtre sur l’art

Une fois par mois, RESEAU CHU ouvre une fenêtre sur une initiative artistique en territoire de santé. Chacune témoigne de l’impact positif des projets culturels dans les soins apportés aux personnes en souffrance/usagers/patients. Ces fenêtres éclairent la notion partagée et citoyenne du "prendre soin" menée par les établissements de santé. 
Fenêtre sur l’Art est le fruit d’un partenariat culturel 2015-2016 conclu entre Réseau CHU et la Commission culture des CHU et CHS présidée par Yann Bubien, directeur général du CHU d’Angers.
Pour retenir 12 projets parmi les 37 reçus de 21 établissements en réponse à l’appel à candidatures envoyé le 10 octobre 2014, un jury s’est réuni le 10 janvier 2015 et a établi une sélection rigoureuse en fonction des critères suivants :
 
– Le professionnalisme des intervenants artistiques et culturels
– la notion partenariale des projets
– la contextualisation des actions culturelles
– la dimension innovante des projets
 
Le jury présidé par Yann Bubien était composé de 
– Marie-Georges Fayn, éditrice de Réseau CHU
– Xavier Collal, chargé de mission du programme culture-santé, ministère de la santé et des affaires sociales
– Gilbert Labelle, chargé de mission culture-santé, ministère de la culture et de la communication
 
et du groupe Communication de la Commission Culture
– Sophie Bellon-Christofol, attachée culturelle de l’APHM.
– Karine Fraysse, déléguée aux affaires culturelles du CHRU de Lille;
– Maud Piontek, responsable de la culture et de la communication à l’EPSM de l’agglomération lilloise
– Céline Le Nay, directrice déléguée aux affaires générales du CHU d’Angers
– Delphine Belet, attachée culturelle du CHU d’Angers
– Denis Lucas, attaché culturel du CHU-Hôpitaux de Rouen

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.