Psychiatrie de l’Enfant : un nouveau bâtiment ultra-moderne et chaleureux

Adossée à l'Hôpital Couple Enfant, la nouvelle Unité de Psychiatrie de l'Enfant (UPE) vient d'inaugurer ses nouveaux locaux colorés et largement ouverts sur l'extérieur. Dans cet univers thérapeutique et chaleureux, les équipes accueillent les enfants âgés de 4 à 15 ans en consultations externes ou en hospitalisation complète selon la gravité des troubles psychiques et comportementaux.

Adossée à l’Hôpital Couple Enfant, la nouvelle Unité de Psychiatrie de l’Enfant (UPE) vient d’inaugurer ses nouveaux locaux colorés et largement ouverts sur l’extérieur. Dans cet univers thérapeutique et chaleureux, les équipes accueillent les enfants âgés de 4 à 15 ans en consultations externes ou en hospitalisation complète selon la gravité des troubles psychiques et comportementaux. 
Les principales affections prises en charge sont l’anorexie sévère, le refus anxieux de l’école, le traitement psychotrope non classique, les TICs et de syndrome de Gilles de la Tourette…
Aboutissement d’un projet médical lancé en 2010 par la Communauté Hospitalière de Territoire, l’UPE est la seule unité de tout l’Arc Alpin à accueillir des enfants de moins de 12 ans. 
L’Unité de Psychiatrie de l’Enfant : données repères
– Un plateau de consultations externes
– Un plateau d’hospitalisation de 10 chambres, déclinées en quatre coloris et disposant toutes de sanitaires privatifs, d’un bureau et de rangements
– 1 place ambulatoire
– 1 000 m2
– Un budget travaux de 2,2 millions €
– Une équipe multidisciplinaire

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.