Deux éducatrices de jeunes enfants, Martine et Marie-Cécile, se transforment en clowns pour le plaisir des enfants hospitalisés.

Deux éducatrices de jeunes enfants, Martine et Marie-Cécile, se transforment en clowns pour le plaisir des enfants hospitalisés.

D’un naturel joyeux et farceur, Martine constate qu’elle a vite fait de faire rire les enfants du service de pédiatrie dans lequel elle travaille. Elle devient alors Pouêt-Pouêt le clown.
De son côté, en chirurgie pédiatrique, Marie-cécile a envie de créer un personnage pour amuser les jeunes patients.
Alors forcément, lorsque les deux éducatrices se rencontrent, le courant passe instantanément. Les idées surgissent ainsi que le besoin de travailler ensemble : Zouille voit alors le jour.

Ces deux « clowns-éducateurs » interviennent dans les services d’Oncologie, de Médecine et de Chirurgie pédiatriques avec le plein accord des médecins et cadres de santé qui apprécient leur bonne humeur communicative.

Parce qu’elles sont membres du personnel hospitalier, toutes deux connaissent bien les patients et leurs familles. Elles adaptent alors leur jeu de clown à la personnalité de l’enfant, à son âge, ses goûts et ce tout en intégrant son vécu par rapport à la maladie.

Depuis peu, elles retrouvent, dans la salle d’attente de consultations des « Troubles du langage », les parents des enfants présentant une myopathie, qui attendent avec anxiété le diagnostic qui sera posé pour leur enfant : il s’agit alors de dédramatiser cette annonce et c’est là aussi une réelle valeur ajoutée pour le médecin.

Mais attention, si leurs noms prêtent à rire (et c’est bien là l’objectif), il ne s’agit pas moins d’un projet sérieux : Pouêt-Pouêt et Zouille ont participé à une formation de clown de niveau II, co-financée par le CHU dans le cadre de la formation personnelle, et, dans le cadre de l’appel à projets 2008, par la Fondation de France qui a apprécié cette alliance entre compétences artistiques et expérience de professionnels de santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.