Echinococcoses : actualisation des recommandations de l’OMS à Besançon

Du 28 au 30 septembre 2007, le CHU de Besançon accueillait 67 spécialistes venus de 22 pays pour actualiser les recommandations officielles de l'OMS en matière de traitement des échinococcoses. Pourquoi ce colloque se déroulait-t-il en Franche-Comté ? Parce que les services du CHU de Besançon et les équipes de recherche de l'Université sont reconnus pour leur expertise dans la lutte contre les échinococcoses. Dès 1995, ils ont été mandatés par l'OMS en tant que «Centre Collaborateur pour la Prévention et le Traitement des Echinococcoses Humaines». Aujourd'hui les équipes sont labellisées "Centre référent pour la surveillance des cas d'échinococcose en France" par l'Institut de Veille Sanitaire.

Du 28 au 30 septembre 2007, le CHU de Besançon accueillait 67 spécialistes venus de 22 pays pour actualiser les recommandations officielles de l’OMS en matière de traitement des échinococcoses. Pourquoi ce colloque se déroulait-t-il en Franche-Comté ? Parce que les services du CHU de Besançon et les équipes de recherche de l’Université sont reconnus pour leur expertise dans la lutte contre les échinococcoses. Dès 1995, ils ont été mandatés par l’OMS en tant que «Centre Collaborateur pour la Prévention et le Traitement des Echinococcoses Humaines». Aujourd’hui les équipes sont labellisées « Centre référent pour la surveillance des cas d’échinococcose en France » par l’Institut de Veille Sanitaire.

Le traitement des échinococcoses a évolué et les indications se sont précisées. Il s’avérait donc nécessaire d’actualiser les recommandations officielles en matière de traitement des échinococcoses émises en 1996 par l’OMS. Pour les mettre à jour les plus éminents experts mondiaux ont analysé durant plusieurs mois la littérature médicale internationale sur ce sujet. Les résultats de leurs travaux ont été présentés fin septembre 2007 lors des sessions scientifiques thématiques ayant trait aux deux échinococcoses, aux aspects communs aux deux maladies, et aux différentes modalités de traitement.

L’échinococcose alvéolaire et l’échinococcose kystique sont deux maladies rares mais qui peuvent être très graves. Elles peuvent engager le pronostic vital, et la prise en charge de ces pathologies peut être longue, onéreuse et complexe. La moitié des cas français d’échinococcose étant observée en Franche-Comté, médecins et chercheurs francs-comtois ont témoigné très tôt un intérêt tout particulier pour cette maladie et développé une approche pluri-disciplinaire dans ses principaux foyers mondiaux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.