Echinococcoses : actualisation des recommandations de l’OMS à Besançon

Du 28 au 30 septembre 2007, le CHU de Besançon accueillait 67 spécialistes venus de 22 pays pour actualiser les recommandations officielles de l'OMS en matière de traitement des échinococcoses. Pourquoi ce colloque se déroulait-t-il en Franche-Comté ? Parce que les services du CHU de Besançon et les équipes de recherche de l'Université sont reconnus pour leur expertise dans la lutte contre les échinococcoses. Dès 1995, ils ont été mandatés par l'OMS en tant que «Centre Collaborateur pour la Prévention et le Traitement des Echinococcoses Humaines». Aujourd'hui les équipes sont labellisées "Centre référent pour la surveillance des cas d'échinococcose en France" par l'Institut de Veille Sanitaire.

Du 28 au 30 septembre 2007, le CHU de Besançon accueillait 67 spécialistes venus de 22 pays pour actualiser les recommandations officielles de l’OMS en matière de traitement des échinococcoses. Pourquoi ce colloque se déroulait-t-il en Franche-Comté ? Parce que les services du CHU de Besançon et les équipes de recherche de l’Université sont reconnus pour leur expertise dans la lutte contre les échinococcoses. Dès 1995, ils ont été mandatés par l’OMS en tant que «Centre Collaborateur pour la Prévention et le Traitement des Echinococcoses Humaines». Aujourd’hui les équipes sont labellisées « Centre référent pour la surveillance des cas d’échinococcose en France » par l’Institut de Veille Sanitaire.

Le traitement des échinococcoses a évolué et les indications se sont précisées. Il s’avérait donc nécessaire d’actualiser les recommandations officielles en matière de traitement des échinococcoses émises en 1996 par l’OMS. Pour les mettre à jour les plus éminents experts mondiaux ont analysé durant plusieurs mois la littérature médicale internationale sur ce sujet. Les résultats de leurs travaux ont été présentés fin septembre 2007 lors des sessions scientifiques thématiques ayant trait aux deux échinococcoses, aux aspects communs aux deux maladies, et aux différentes modalités de traitement.

L’échinococcose alvéolaire et l’échinococcose kystique sont deux maladies rares mais qui peuvent être très graves. Elles peuvent engager le pronostic vital, et la prise en charge de ces pathologies peut être longue, onéreuse et complexe. La moitié des cas français d’échinococcose étant observée en Franche-Comté, médecins et chercheurs francs-comtois ont témoigné très tôt un intérêt tout particulier pour cette maladie et développé une approche pluri-disciplinaire dans ses principaux foyers mondiaux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.