Edouard Herriot : l’esquisse dévoilée

En accord avec les membres du jury et le corps médical, Dominique Deroubaix, Directeur général des HCL a retenu l’équipe d’architectes menée par le cabinet Remon comme maître d’œuvre du projet de modernisation de l’hôpital Edouard Herriot, un des principaux sites hospitaliers de France. Au cœur de la métropole rhônalpine, ce « monument historique » auquel les lyonnais sont particulièrement attachés fut édifié en 1933. Emblématique d’une certaine conception de l’architecture hospitalière, il compte de 32 pavillons reliés par un dédale de 2,3 km de galeries souterraines. Le projet retenu porte sur la construction d’un futur bâtiment de 15 000 m2 qui regroupera les soins critiques et les blocs opératoire, la chirurgie ambulatoire, l’imagerie d’urgence et interventionnelle actuellement dispersés sur 12 pavillons.

En accord avec les membres du jury et le corps médical, Dominique Deroubaix, Directeur général des HCL a retenu l’équipe d’architectes menée par le cabinet Remon comme maître d’œuvre du projet de modernisation de l’hôpital Edouard Herriot, un des principaux sites hospitaliers de France. Au cœur de la métropole rhônalpine, ce « monument historique » auquel les lyonnais sont particulièrement attachés fut édifié en 1933. Emblématique d’une certaine conception de l’architecture hospitalière, il compte de 32 pavillons reliés par un dédale de 2,3 km de galeries souterraines. Le projet retenu porte sur la construction d’un futur bâtiment de 15 000 m2 qui regroupera les soins critiques et les blocs opératoire,  la chirurgie ambulatoire, l’imagerie d’urgence et interventionnelle actuellement dispersés sur 12 pavillons. Sont également prévues la rénovation et l’extension d’une partie des galeries souterraines. Un programme de 72  millions d’euros  qui devrait s’achever en 2017.

Le projet s’intègre en douceur dans le site, « en dialogue » alors avec le site de Tony Garnier? grâce à un traitement des façades minéral et une hauteur de bâtiments identique aux bâtiments existants. 
Fonctionnel, le futur bâtiment s’organise sur 4 niveaux afin de limiter les déplacements de patients. Par exemple le parcours déchocage / imagerie / réanimation / blocs opératoires se trouve sur un même plateau en rez-de chaussée.
Les plus du projet : la modularité des solutions techniques afin de suivre l’évolution de l’activité médicale grâce à une structure intérieure poteaux‐poutres laissant une grande liberté d’aménagement, un large dimensionnement technique avec réserves de puissance sur les sources, accessibilité et facilité de maintenance pour assurer la continuité de service, des locaux techniques au plus près des besoins et justement dimensionnés…
Une attention particulière a été portée à la performance énergétique   :  enveloppe compacte, largement isolée, à forte inertie, des systèmes techniques performants adaptés aux locaux et aux usages : pompage sur nappe, phréatique, ventilation double flux avec récupération de calories…, une gestion de l’eau rationnalisée avec l’installation d’équipements hydro économes : sectorisation, repérage, détection de fuites… larges ouvertures pour une large autonomie des locaux en éclairage, maîtrise des apports solaires, ambiances intérieures agréables pour le confort des patients et du personnel
Le programme s’inscrit dans une évolution d’ensemble de l’établissement qui accorde une large place à l’ambulatoire, à la radiologie interventionnelle, à la prise en charge des personnes âgées. En effet le projet médical des Hospices Civils de Lyon a retenu 6 axes prioritaires : un Pôle d’urgences médico‐chirurgicales lourdes, un Pôle multidisciplinaire de médecine et chirurgie, fortement tourné vers l’ambulatoire,  une filière digestive et hépatique renforcée par un centre d’excellence mutualisé en imagerie interventionnelle toutes spécialités, un Pôle permettant le regroupement des transplantations rénales et pancréatiques,  un Pôle d’excellence en gériatrie offrant une prise en charge pluridisciplinaire  du vieillissement et un espace ambulatoire de santé publique, plus visible au coeur de l’agglomération.

L’hôpital Edouard Herriot données repères
Hôpital construit par Tony Garnier mis en service en 1933
Superficie du site : 16 hectares
32 pavillons dont 20 dédiés à l’hospitalisation
2,3 km de galeries souterraines
698 lits d’hospitalisation complète, 78 lits d’hôpital de jour et 80 lits d’hôpital
de semaine
34 salles d’intervention chirurgicale
Plus de 4 000 professionnels
230 000 consultations / an
71 000 patients hospitalisés, dont 22% de lyonnais et 65% de rhônalpins
Plus de 100 000 passages aux urgences / an

Programme de modernisation
Une tranche 1, ciblée sur la réorganisation du plateau technique
(blocs, soins critiques, imagerie, urgences) avec une mise en oeuvre
sur la période 2012‐2019
Une tranche 2, portant sur la création d’un nouveau bâtiment
d’hospitalisation avec une mise en oeuvre après 2019

Calendrier du concours d’architecte
Mars 2012 : lancement du concours
Juillet 2012 : sélection des 5 équipes admises à concourir :
AIA ARCHITECTES, ART & BUILD, ATELIERS 2/3/4, BRUNET SAUNIER, MICHEL REMON
Novembre 2012 : remise des projets
Décembre 2012 : classement du jury faisant apparaître en tête 2 projets auxquels les jurés ont demandé des précisions complémentaires
Février 2013 : jury puis choix du lauréat par le Directeur général des HCL

Les critères de choix
Critère 1 pour 55 % : qualité fonctionnelle, architecturale et
technique appréciée au regard du respect du programme
Critère 2 pour 10 % : conditions d’exploitation et de maintenance du
nouveau bâtiment
Critère 3 pour 35 % : coût du projet, compatibilité du projet avec
l’enveloppe financière prévisionnelle affectée aux travaux et pertinence
de l’estimation donnée par le maître d’oeuvre

Financement de la tranche 1
HCL 60 M€
Ville de Lyon 20 M€
Grand Lyon 20 M€
Etat 20 M€

Les financements apportés par la Ville de Lyon et le Grand Lyon sont actés
Le financement apporté par l’Etat est en cours d’instruction

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.