Education thérapeutique : pour un patient acteur de sa santé

Recommander une façon "d'être" plutôt qu'une façon de "faire" : voilà une approche qui peut paraître inhabituelle à bon nombre de patients. Et pourtant c'est autour de ce principe que se sont tenues le 18 décembre "les premières rencontres en éducation thérapeutique du patient", organisées par le CHU d'Angers.

Recommander une façon « d’être » plutôt qu’une façon de « faire » : voilà une approche qui peut paraître inhabituelle à bon nombre de patients. Et pourtant c’est autour de ce principe que se sont tenues le 18 décembre 2009 « les premières rencontres en éducation thérapeutique du patient », organisées par le CHU d’Angers.

Pendant longtemps, les patients ont été cantonnés dans l’application stricte de la prescription médicale sans pouvoir l’influencer. Avec l’éducation thérapeutique le processus s’inverse : le patient devient moteur de la démarche thérapeutique.

Pour les personnes souffrant, par exemple, d’insuffisance respiratoire, de surpoids ou encore de diabète, l’éducation thérapeutique représente une nouvelle voie vers la prise en charge de leur pathologie : elles deviennent actrice de leur santé.

Approche humaniste du soin centrée sur la personne, ses besoins, ses ressources, ses valeurs, l’éducation thérapeutique permet au patient d’accroître ses connaissances de la maladie et de ses traitements. Elle apporte une meilleure qualité de vie, entraîne une observance thérapeutique accrue et une diminution des complications. L’éducation thérapeutique s’appuie sur une approche psychopédagogique « propre à motiver » pour que le patient se prenne en charge et modifie ses comportements sur le long terme. D’ores et déjà, le CHU d’Angers propose de nombreux programmes d’éducation thérapeutique qui s’adresse aux patients asthmatiques ou porteur de l’hépatite B ou C, souffrant d’un problème cardiaque ou de nutrition.

Ouverture d’une plateforme d’éducation thérapeutique
La pertinence de l’éducation thérapeutique du patient, dans un parcours de soin, est à ce point acquise au sein du CHU d’Angers que celui-ci vient d’ouvrir sa plateforme d’éducation thérapeutique. Anticipant sur les préconisations de la loi HPST*, le CHU d’Angers a effectivement programmé, dans son projet d’établissement « 2006-2010 », la création d’une structure transversale d’éducation thérapeutique. L’équipe a pour mission de soutenir et d’appuyer les actions d’éducation thérapeutique au sein de l’établissement.

Cette plateforme a été présentée à l’occasion des « Premières rencontres en éducation thérapeutique du patient » ouvertes à l’ensemble des professionnels de santé de la région. L’occasion de rappeler les concepts fondateurs de l’éducation thérapeutique mais, également, de confronter les professionnels présents à la diversité des expériences et des pratiques.

L’éducation thérapeutique est une « manière d’être » pour les patients mais également entre professionnels de disciplines et d’institutions différentes. Un point de vue partagé par une majorité des professionnels venus en nombre témoigner de leurs expériences.

* Hôpital, Patients, Santé et Territoire

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.