Effets indésirables en neuroradiologie interventionnelle

26 patients de neuroradiologie interventionnelle pris en charge à l'hôpital de Hautepierre font l'objet d'un suivi spécifique suite à la découverte d'effets indésirables inhabituels (perte de cheveux localisée et/ou rougeurs de la peau). Le signalement à l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a été effectué le 20 mars 2009 par les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.

26 patients de neuroradiologie interventionnelle pris en charge à l’hôpital de Hautepierre font l’objet d’un suivi spécifique suite à la découverte d’effets indésirables inhabituels (perte de cheveux localisée et/ou rougeurs de la peau). Le signalement à l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a été effectué le 20 mars 2009 par les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.

Suite à cette déclaration, les autorités concernées (ASN, AFSSAPS, ARH[1]) et l’IRSN[2] ont immédiatement procédé à des investigations et des contrôles pour déterminer l’origine de ces effets indésirables et en tirer des enseignements et des recommandations.

Les douze patients ont présenté des effets secondaires et font l’objet d’un suivi spécifique selon les recommandations de l’IRSN. Les effets dermatologiques constatés ont régressé et aucune complication neurologique n’a été constatée.

Les quatorze autres patients traités par neuroradiologie interventionnelle à l’hôpital de Hautepierre depuis le début de cette activité en 2008, ont été contactés personnellement et vont également faire l’objet d’un suivi selon les mêmes modalités.

Par ailleurs, les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg ont procédé, sur l’ensemble de leurs sites, à une analyse approfondie des procédures de neuroradiologie interventionnelle qui ont conduit à la mise en place d’actions d’amélioration.

Ces mesures sont notamment
– L’optimisation des réglages de la machine
– La mise en place de niveaux d’alerte internes à l’établissement compte tenu de l’absence de niveaux de référence nationaux en matière de radiologie interventionnelle
– La mise en place d’un système de suivi systématique des patients en cas de dépassement des niveaux d’alerte internes
– L’acquisition d’un système permettant un meilleur suivi des doses délivrées
– L’optimisation des procédures de prise d’images radiologiques lors des interventions pour réduire les doses reçues par le patient

Parallèlement, les données dosimétriques relevées (doses délivrées) conduisent les HUS, par mesure de précaution, à prolonger leurs investigations sur le deuxième site du centre hospitalier (Hôpital Civil), afin de s’assurer de l’absence d’effets tels qu’ils ont pu être observés à Hautepierre, même si à ce jour aucun patient n’a signalé d’effet indésirable de ce type.

Les HUS ont la volonté de tirer le maximum de leur retour d’expérience concernant les activités de neuroradiologie interventionnelle, afin d’alimenter les réflexions de l’ensemble de la profession qui sont en cours au niveau national.

La neuroradiologie interventionnelle consiste à traiter de façon non chirurgicale des pathologies cérébrales lourdes engageant le pronostic vital. Pour ce faire, l’opérateur guide des micro instruments dans les artères, grâce à des images radiologiques, jusqu’au cerveau du patient. Il ne s’agit donc pas de radiothérapie mais de la réalisation d’images de guidage, procédures longues et complexes.

____
[1] ASN : Autorité de Sûreté Nucléaire
AFSSAPS : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé
ARH : Agence Régionale de l’Hospitalisation
[2] IRSN : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.