Egalité femme – homme : des avancées significatives

DR : CHRU de Tours
DR : CHRU de Tours
Le 8 mars dernier, on célébrait les femmes et leurs droits dans le monde. Comme dans d’autres milieux professionnels, les CHU ont tenu à valoriser celles qui font leur quotidien. Mais ces derniers ne se cantonnent pas à de l’affichage. Dans des établissements où parfois 80% des salariés sont des professionnelles, on s’engage à tendre vers plus de mixité, à favoriser l’accès des femmes aux postes à responsabilité, ou à sensibiliser sur les questions de violences sexistes. Exemples avec le CHU de Tours, qui vient de signer une charte ambitieuse et inédite de promotion de l’égalité femme – homme, et celui de Clermont Ferrand, dont un plan d’actions sur le sujet est en cours de déploiement.

Marion Bourrel est infirmière. Sylvie Argence est aide-soignante au service des grands brûlés. Charlotte Martin est anesthésiste réanimatrice et à l’origine du projet Green Bloc. Peut-être avez-vous vu passer leur visage sur les réseaux la semaine dernière. Comme d’autres professionnelles du CHU de Toulouse, ces trois femmes ont vu leur parcours mis en avant dans la série de portraits « Sortir du cadre », dévoilée notamment sur le compte twitter du CHU. A l’image de celle-ci, d’autres initiatives ont fleuri dans les CHU dès le 8 mars, date de la journée internationale des droits des femmes.

Visuel issu de la série de portraits « Sortir du cadre : parcours de femmes ». DR : CHU de Toulouse
Visuel issu de la série de portraits « Sortir du cadre : parcours de femmes ». DR : CHU de Toulouse

A Tours, un plan collectif et ambitieux

La valorisation des compétences et des parcours des professionnelles des CHU s’inscrit dans la durée avec, depuis plusieurs années, la volonté des CHU à défendre l’égalité femme – homme. De ce point de vue, le CHRU de Tours vient de franchir un cap important. Le 8 mars, date symbolique, se sont réunis à l’hôpital Bretonneau la Directrice du CHRU, le Doyen de la Faculté de Médecine et la Doyenne de la Faculté de Pharmacie pour signer une Charte de promotion de l’égalité entre les femmes (près de 80% des métiers du soin) et les hommes qui évoluent au sein du CHU. Et ce n’est pas tout. A la présence des trois cosignataires s’est ajoutée celle des représentants de trois associations, Donnez des ELLES à la santé , Femmes de Santé, et le SOMET (SOrorité MEdicale Tours). Un travail commun qui renforce la dimension innovante et inédite de ce texte. Car au-delà des mots, cette charte engage les différentes parties prenantes à agir ensemble. Cinq axes ont été retenus pour traduire les intentions en actions.

Le premier d’entre eux, incontournable, relève de la formation des professionnels à la gestion des discriminations et des situations de violence. Désormais, le CHRU de Tours, et les deux Facultés précédemment citées, en tant que composantes de l’université, travailleront à une mutualisation des formations sur ces sujets. Des professionnels de la Faculté de Médecine et/ou de Pharmacie pourront ainsi suivre des formations proposées par le CHRU – par exemple, concernant la conduite d’enquêtes administratives internes dans le cadre de la procédure de signalement des violences -, et vice versa. Aussi, tout nouveau praticien et cadre, qu’il soit soignant, technique, logistique ou administratif devra suivre la formation à la prévention des violences sexistes et sexuelles, et ce dès son arrivée dans l’établissement.

Les acteurs à l’origine d’une charte qui pourrait donner des idées à d’autres. DR : CHRU de Tours
Les acteurs à l’origine d’une charte qui pourrait donner des idées à d’autres. DR : CHRU de Tours

Autres axes forts du plan : l’accès des femmes à des postes à responsabilité (au CHRU de Tours, 24% des chefs de pôles sont des femmes ; 22% d’entre-elles sont chefs de service) et un travail progressif pour tendre à la parité dans les instances. Le suivi d’indicateurs sur le long terme et la conduite d’un vaste plan conjoint d’information et de communication (composé notamment d’une série de vidéos de sensibilisation réalisées par des étudiants et diffusées à partir de juin 2022, de conférences dédiées à la promotion de l’égalité femme-homme etc.) ferment la marche de ces initiatives auxquelles tenait particulièrement Marie-Noëlle Gerain Breuzard, Directrice générale du CHRU de Tours et Présidente de la Conférence des Directeurs Généraux de CHU.

La réalité de l’accès aux postes à responsabilité au CHRU de Tours. Source : CHRU de Tours
La réalité de l’accès aux postes à responsabilité au CHRU de Tours. Source : CHRU de Tours

Les signalements de violences sexistes et sexuelles à l’heure d’un premier bilan

Et pour s’assurer que l’ambition ne se transforme en vœux pieux, un comité de suivi de la charte, réunissant des membres du CHRU, de la Faculté de médecine et de la Faculté de Pharmacie, ainsi qu’un représentant des associations Donner des ELLES, Femmes de santé, SOMET, a été spécialement constitué. Un bilan sera présenté chaque année aux instances internes du CHRU (CHSCT et CME), au conseil de faculté et au COCOHU. Pour autant, le CHRU n’a pas attendu 2022 pour conjuguer les idées aux actes. Un premier bilan annuel de la procédure de mise en place pour le signalement des violences (articulé autour d’une adresse mail unique : signalement-violence@chu-tours.fr) a été communiqué. Les violences à caractère sexiste et sexuel constituent une minorité des signalements (deux sur douze), la majorité de ces derniers faisant plutôt état de harcèlement moral.

A Clermont-Ferrand, une stratégie « réaliste et pragmatique »

Bien que le plan tourangeau ait marqué l’actualité du 8 mars, il n’est pas le seul à alimenter la dynamique des CHU sur ce sujet de l’égalité entre salariées et salariés. Autre exemple que nous avons choisi de citer, le CHU de Clermont-Ferrand. Si la proportion de femmes et d’hommes parmi les personnels médicaux y reste relativement équilibrée (48.16% d’hommes, 51.84% de femmes), et que pour la première fois, la Commission Médicale d’Etablissement a élu à sa présidence une femme en la personne du Professeur Barthélémy, les chiffres concernant les personnels non médicaux traduisent une tout autre réalité, avec 80% de femmes. Idem du côté de la répartition des temps de travail partiels qui concerne à 95% des femmes (chiffre équivalent à ce qu’il se passe à Tours).

Pour tendre vers une plus grande égalité professionnelle, le CHU a déployé sur l’ensemble de l’établissement un plan d’action dès 2021, d’une durée de trois ans. Deux mois ont été nécessaires pour bâtir ce programme triennal reposant sur quarante actions. A défaut de toutes les citer, on retiendra, entre autres, la volonté « d’intégrer la notion femme – homme dans les indicateurs RH au maximum des possibilités », de « s’assurer de l’absence d’écarts de rémunération non légitimes », « de favoriser l’articulation entre activité professionnelle et vie personnelle et familiale », de « sensibiliser les professionnels chargés du recrutement à la lutte contre les stéréotypes », ou encore « de créer et mettre en œuvre un dispositif de signalement des différentes formes de harcèlement. » Vaste chantier donc. Rendez-vous en 2023…

La rédaction

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.