Electrodes dans le cerveau : crises d’épilepsie localisées

Le Pr Vespignani, chef du service de neurologie, vient pour la première fois d'implanter des électrodes dans le cerveau pour localiser avec précision la zone de déclenchement de crises d'épilepsie selon la technique stéréo EEG dite de stéréo électroencéphalogramme.

Le Pr Vespignani, chef du service de neurologie, vient pour la première fois d’implanter des électrodes dans le cerveau pour localiser avec précision la zone de déclenchement de crises d’épilepsie selon la technique stéréo EEG dite de stéréo électroencéphalogramme.

Cette nouvelle technique de traitement indolore a été appliquée à une patiente de 28 ans qui subissait des crises d’épilepsie quotidiennes, rendant impossible toute vie normale. Six électrodes ont donc été implantées dans son cortex cérébral, permettant ainsi aux docteurs Colnat, Vignal et Maillard et à leurs équipes de localiser le siège du foyer épileptique de la patiente à savoir la région temporale. Cette zone étant accessible à la chirurgie, la patiente pourrait être opérée dans deux mois par le Pr Auque et si tout se passe bien, dans un an environ la patiente devrait retrouver une vie normale.

Cette nouvelle technique stéréo EEG soulève de nombreux espoirs et une trentaine de patients victimes d’une épilepsie déclenchée par une seule zone du cerveau, à condition qu’il ne s’agisse pas d’une zone fonctionnelle, pourrait être opérée chaque année au CHU de Nancy.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.