Elisabeth Beau prend la direction du CHU de Dijon

Nommée Directrice Générale du Centre Hospitalier Universitaire de Dijon par décret publié au Journal officiel ce 20 novembre 2013, Elisabeth Beau prendra ses fonctions le 2 décembre prochain au sein de l’établissement bourguignon.

Nommée Directrice Générale du Centre Hospitalier Universitaire de Dijon par décret publié au Journal officiel ce 20 novembre 2013, Elisabeth Beau prendra ses fonctions le 2 décembre prochain au sein de l’établissement bourguignon.
Elisabeth Beau quitte ainsi le poste de Directrice du Centre Hospitalier de Saint-Denis qu’elle occupait depuis 2008. Diplômée de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, d’une Licence-Maîtrise de Droit public et d’un DEA Droit de santé, Elisabeth Beau dispose d’une grande expérience du système de santé français et des établissements hospitaliers.

Elle a successivement occupé les postes de Directrice adjointe, ressources humaines puis système d’information, au Centre Hospitalier d’Avignon (1982-1992), de Chargée de mission au Ministère des Affaires Sociales (responsable de l’étude nationale de coûts par GHM à la direction des hôpitaux – Mission PMSI de 1992 à 1997), de Chargée de mission à l’Agence Régionale de l’Hospitalisation (aujourd’hui Agence Régionale de la Santé) d’Ile de France sur l’organisation régionale de la psychiatrie et les questions sociales (1997-2003), de Directrice de la Mission nationale d’expertise et d’audit Hospitaliers MeaH (2003-2008), pour améliorer l’organisation des hôpitaux et des cliniques, avant de prendre la Direction du Centre Hospitalier de Saint-Denis en 2008.

Au CHU de Dijon, plusieurs chantiers d’envergure attendent Elisabeth Beau, parmi lesquels l’aboutissement du projet de regroupement des activités de court séjour et du plateau technique sur le site du Bocage, le retour à l’équilibre financier pérenne et la mise en œuvre du Projet d’Etablissement 2013-2017.

Elisabeth Beau considère cette nomination comme « un grand honneur, celui de diriger le premier établissement de soins de la région Bourgogne ». Elle est « consciente des enjeux et de la responsabilité majeure qui lui échoit. Mais elle sait pouvoir compter sur une communauté hospitalière motivée et des professionnels de haute valeur ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.