Emotions, retrouvailles et mariage à la maison de retraite du CHU

Rares sont les faire-part de mariage édités par les CHU et celui que les Hôpitaux universitaires de Strasbourg viennent d’adresser aux rédactions mérite qu’on s’y attarde un peu. L’événement est exceptionnel à plus d’un titre : Jean Burcet né le 28 avril 1925 et Simone Schmitt née le 10 mai 1938, résidents de sa maison de retraite de la Faisanderie, convolent en justes noces le 22 septembre prochain, première union célébrée dans cet établissement gériatrique !

Rares sont les faire-part de mariage édités par les CHU et celui que les Hôpitaux universitaires de Strasbourg viennent d’adresser aux rédactions mérite qu’on s’y attarde un peu. L’événement est exceptionnel à plus d’un titre : Jean Burcet né le 28 avril 1925 et Simone Schmitt née le 10 mai 1938, résidents de sa maison de retraite de la Faisanderie, convolent en justes noces le 22 septembre prochain, première union célébrée dans cet établissement gériatrique !
Leur histoire d’amour n’est pas banale non plus : l’idylle débutée « dans leur prime jeunesse » s’est interrompue. Ils ont vécu chacun de leur côté leur vie conjugale, familiale et professionnelle. 37 ans plus tard ils se retrouvent en long séjour, à l’hôpital de la Robertsau et désormais ils sont bien décidés à ne plus jamais se quitter.
Tous nos voeux de bonheur les accompagnent.
Dates clés
2010 : Retrouvailles à la maison de retraite de la Faisanderie.
Enfin réunis, il va demander Mme Schmitt en mariage quelque 37 années plus tard !
De 1974 à 1985 : Jean et Simone sont tous deux salariés de l’entreprise LEROY-SOMMER à la Meinau

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.