Emploi des personnes handicapées : les engagements du CHRU de Nancy

Dans le cadre de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées qui se tient du 13 au 17 novembre 2017, le CHRU de Nancy lance une campagne d’information à destination de l’ensemble de ses professionnels autour de la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) visant à adapter les conditions de travail à chaque situation.

Dans le cadre de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées qui se tient du 13 au 17 novembre 2017, le CHRU de Nancy lance une campagne d’information à destination de l’ensemble de ses professionnels autour de la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) visant à adapter les conditions de travail à chaque situation. 
Cette initiative s’inscrit dans le plan d’actions validé par l’institution en 2016, aboutissement d’un important travail mené depuis plusieurs années par le Département Ressources Humaines et Affaires Sociales du CHRU.
Le maintien dans l’emploi des agents rencontrant une situation de handicap au cours de leur carrière constitue une priorité pour le CHRU de Nancy. L’objectif est ambitieux : accompagner l’agent rencontrant une problématique de santé, résultant on non de son métier, et lui permettre de continuer à exercer une activité professionnelle.

Des acteurs formés et coordonnés au service d’un accompagnement personnalisé

> La référente handicap fait le lien entre les différents acteurs pour la mise en place d’actions individuelles et sollicite les aides auprès du Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP) : aménagement du poste de travail, déplacements domicile-travail…
> Le médecin du travail suit l’état de santé de l’agent, il évalue l’adéquation entre le poste de travail et l’état de santé. Si nécessaire, il émet des recommandations.
> L’ergonome analyse l’activité de travail, préconise et accompagne la mise en œuvre des aménagements.
> Le Conseiller en Positionnement et Parcours Professionnel assure l’accompagnement de l’agent dans sa réflexion sur son parcours professionnel, notamment lorsqu’il rencontre des problèmes de santé.
> L’assistante sociale du personnel informe l’agent sur ses droits et l’accompagne dans ses démarches comme la demande de la Reconnaissance de la qualité de Travailleur Handicapé auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).
> Le psychologue du travail accompagne l’agent en reconversion, écoute ses craintes, l’aide à faire le deuil de son métier et à s’adapter à son nouvel environnement professionnel.
Depuis le 1er janvier 2016, 31 professionnels du CHRU ont bénéficié d’un aménagement de poste de travail financé par le FIPHFP via du matériel spécifique (fauteuil ergonomique, outils informatiques, éclairage, repose pied, etc.), 5 contrats tremplins ont été signés et 21 formations concernant les connaissances académiques et les compétences transférables ont été suivies par  des agents issus des métiers « sensibles » afin d’anticiper une éventuelle reconversion. 
En 2016, le taux d’emploi légal des personnes handicapées au CHRU de Nancy est de 5,52 % très proche de l’objectif légal (6%)*
*loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.